Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.
Le portail du handicap à Marseille

Le magazine

Le dossier

Le guide

L’annuaire web

L’agenda

ISATIS, un partenaire essentiel pour l’emploi des personnes ayant un handicap psychique

Françoise Colétaire, psychologue clinicienne à Isatis témoigne des difficultés particulières rencontrées par les personnes ayant un handicap psychique pour trouver un emploi. Un handicap qui dérange, qui fait peur car mal connu et générateur de nombreux fantasmes et idées reçues. Selon elle, il y a encore beaucoup à faire, il y a des solutions à inventer : « il faudrait parallèlement mettre en place des parcours spécifiques, créer des entreprises autres, pas seulement en milieu ordinaire ou protégé. »

2. ISATIS, un partenaire essentiel pour l'emploi des personnes ayant un handicap psychique

Handimarseille : Bonjour, pouvez-vous vous présenter ?

Françoise Colétaire : Je m’appelle Françoise Colétaire, je suis Psychologue clinicienne depuis une dizaine d’années à ISATIS, une association qui a plusieurs antennes dans toute la région PACA-Corse et dont la spécificité est d’accompagner les personnes souffrant de problématique psychique dans leurs démarches d’accès à l’emploi. Nous accompagnons et suivons ces personnes dans la construction d’un projet socio-professionnel en milieu ordinaire mais, aussi en milieu protégé.

Dans l’accompagnement, il y a la notion de temps qui est essentielle pour suivre des personnes ayant des problématiques psychiques. En effet le rapport au temps est souvent complètement déformé.
Les entretiens sont individuels, nous avons vraiment une approche au cas par cas dans le but d’une construction du projet professionnel et du projet de vie.
Pour les personnes les plus éloignées du monde du travail, il y a les SAMSAH, qui sont un service d’accompagnement médico-social.

H : Comment définir le handicap psychique ?

F.C : Nous savons que depuis la loi 2005, le handicap psychique est mis en avant, on en parle. Avant, il était associé au handicap mental et à la déficience alors que ça n’a rien avoir puisque, ça touche l’être et sa personnalité.
À un moment donné, une personne peut basculer dans une autre réalité, son rapport au monde est différent et le fait que ce ne soit pas visible rend les choses certainement plus compliquées pour un employeur qu’un handicap visuel ou moteur qui se voit et pour lequel on a une réponse technique évidente.
C’est un progrès que le handicap psy soit repéré dans la loi 2005, mais, attention car, on a tendance à y mettre tout ce qu’on ne comprend pas. Il faut être très prudent car, c’est un handicap qui s’analyse au cas par cas. Dans les entreprises, quand on repère une bizarrerie chez une personne parce que par exemple elle va être bien un jour puis l’autre très mal, la personne est mise de côté, elle est exclue comme c’est souvent le cas car, les gens ne comprennent pas et en ont peur. Cette fluctuance est quasi permanente, c’est un handicap où rien n’est linéaire, ça touche tellement à l’intimité que du coup les compensations sont délicates. Il faudrait créer un espace à penser, un espace de parole, un lieu permettant à ces personnes d’expliquer ce qui leur arrive afin de mieux les appréhender et peut être d’adapter leur travail.
Il faut également qu’il y ait une évaluation clinique pour pouvoir repérer justement ces choses qui ne se voient pas, pouvant s’appréhender par le dialogue. Si on ne communique pas avec ces personnes, on ne peut pas comprendre leur rapport au monde, leur réalité au quotidien, leur réalité psychique. Pour se protéger, elles vont mettre en place des mécanismes de défense, parfois ça peut être l’agressivité, l’angoisse ou le repli sur soit, ce ne sont que des symptômes pour se protéger et il faut le savoir !

H : Vous accompagnez des personnes qui peuvent travailler en milieu ordinaire, comment est-ce évalué ?

F.C : Nous accompagnons des personnes qui ont une RQTH (Reconnaissance en qualité de travailleur handicapé) vers des milieux ordinaires. L’accompagnement se fait par l’évaluation d’une Psychologue clinicienne et d’un délégué à l’insertion. Cette alternance-là de la clinique et de l’insertion est vraiment très pertinente. Ça permet à la fois de tenir compte de la problématique de la personne mais, aussi de l’insérer dans des lieux qui seront susceptibles de proposer un suivi, des périodes de formation, de stage. En effet, le rapport au rythme du travail, au rendement et à l’autre sont trois grands axes dont il faut plus particulièrement tenir compte.

H : Selon vous, faut-il parler de son handicap à l’employeur ?

F.C : Les personnes se disent, est-ce que je dois le dire ou pas ? Est-ce que je dois dire que j’ai une allocation adulte handicapé, une reconnaissance en qualité de travailleur handicapé ? Il est vrai que pour certains employeurs c’est un frein parce qu’il y a beaucoup de méconnaissance concernant ce handicap. Si l’employeur ne se sent pas concerné par cette question, ne fait pas la démarche d’essayer de comprendre, c’est compliqué.
Il arrive également que le jour de l’embauche, l’employeur ne repère rien puis quelque temps après, il est confronté au mal-être de son employé et là il n’a pas en général les moyens de gérer dans l’urgence.

En tout cas, pour les personnes suivies par notre service, les employeurs sont tenus informés. C’est l’objet de notre accompagnement, pour l’employeur, ça va être un plus. Je ne vois pas pourquoi le cacher, ce ne serait pas constructif pour la personne. Elle même pour aller mieux, il faut qu’elle ait fait le point avec son handicap. Je pense qu’il faut déjà l’accepter soi-même pour pouvoir le faire accepter aux employeurs ou autres. Je suis partisane de dire les choses, pas tout mais, tout ce qui va permettre à la personne de prendre son poste dans les meilleures conditions et de pérenniser son emploi.

Il y a des entreprises qui se préoccupent vraiment de comment accompagner ces personnes. On en revient toujours à la même conclusion, s’il y a une méconnaissance de la part de l’employeur mais, aussi des collègues de travail, si l’entreprise n’est pas préparée à accueillir des personnes « autres », ça va être très compliqué, la personne va se mettre à l’écart et ne tiendra pas.

H : Un des handicaps qui fait le plus peur aux entreprises c’est le handicap psychique, qu’en pensez-vous ?

F.C : On le sait tous, la folie dérange. Il y a une énorme part d’inconnu, et l’employeur est souvent démuni face à ça. Il a beaucoup de préjugés et comme je disais, si l’employeur ne fait pas l’effort de s’informer, il reste sur ses aprioris et sur ses représentations souvent erronées. Personnellement, je trouve qu’on régresse. Nous étions un peu plus ouvert dans les années 70. Il y a un vrai enjeu sociétal au niveau de l’intégration des personnes ayant un handicap psy.

H : Une des principales inquiétudes serait l’absentéisme. Est-ce que vous pensez que c’est justifié ?

F.C : L’absentéisme chez ces personnes est quelque chose qu’il faut analyser au niveau du subjectif et non de l’objectif. Si ça se répète, si les choses commencent à devenir chroniques, c’est que c’est un signe d’un mal-être, de quelque chose qui ne va pas.

H : Comment rassurer les employeurs ? Comment faire évoluer les choses ? Quelles solutions envisager ?

F.C : Je pense qu’il y a encore des solutions à inventer. L’information est une des clés. Mettre en place un dispositif avec une équipe spécialisée susceptible de repérer et de devancer les problèmes, faire de la prévention. Aujourd’hui, le travail peut s’avérer compliqué pour ces personnes-là, il faudrait diversifier la façon de les mettre au travail. Il faudrait parallèlement mettre en place des parcours spécifiques, créer des entreprises autres, pas seulement en milieux ordinaires ou protégés. Certains ne peuvent pas travailler en milieux protégés parce qu’il ne colle pas du tout à ce modèle et en milieux ordinaires non plus car, le rythme, le rendement est trop important et le collectif est impossible. C’est tout ça qu’il faut repenser au niveau sociétal. Il faut créer des passerelles entre le monde des entreprises et les structures d’accompagnements qui suivent des personnes souffrantes de handicap psychique. Il y a les structures d’insertion par l’activité économique qui sont particulièrement adaptées mais, il n’y a pas de possibilité de pérennisation, et cela représente peu d’emploi.

H : Ce serait quel genre d’organisation ?

F.C : Développer davantage des entreprises qui n’ont pas la même attente économique que les entreprises classiques, avec des temps partiels, une prise de poste progressive. Partir de ce qui est possible pour l’employé plutôt qu’attendre qu’il colle d’emblée à l’attente de l’employeur. Là on arrivera à avoir des compétences, des qualités professionnelles.
Aujourd’hui, on le voit bien les ESAT, sont en difficulté parce qu’on leur demande une rentabilité avec un public qui ne l’est pas. Il y a un fort encadrement qui a un coût et également des temps de formation plus importants, une rapidité d’exécution qui n’est pas la même. C’est à prendre en compte. Il y a un engagement à prendre de la part des entreprises. Et quand j’entends que c’est un handicap qui fait peur, c’est que ça n’avance pas beaucoup !

H : Vous est-il arrivé de rencontrer le cas où le salarié a mis l’entreprise en difficulté du fait de sa pathologie ?

F.C : Nous accompagnons les personnes et les protégeons de ça, le salarié autant que l’employeur. Si jamais on repère une possibilité de mise en danger pour qui que ce soit, on arrête le processus de recrutement.

Ça rassure l’employeur de voir que la personne est accompagnée par un service spécialisé. Il faut développer ça, nous avons un lien permanent avec l’entreprise. Dès que la personne sent qu’elle n’est pas bien ou qu’il y a un arrêt de traitement, elle vient nous voir, on met en place un travail avec les partenaires. C’est comme ça que ça peut avancer. Nous faisons beaucoup de formations auprès des entreprises. Il est plus dur pour une personne non accompagnée de se faire embaucher.

H : Avez-vous quelque chose à ajouter ? Une note positive ?

F.C : Je pense qu’il serait bien de créer des espaces de paroles pour entendre les personnes atteintes de handicaps psychiques, cela ouvrirait des possibles. Ce sont des gens qui peuvent se mettre au travail de manières différentes et arriver à faire des choses extraordinaires. Derrière chaque sujet il y a une personnalité, une histoire, c’est à partir de là qu’on peut commencer à faire du bon travail, plutôt que de se limiter à cette étiquette de la maladie mentale, du handicap psychique.


Vous avez trouvé cet article intéressant ou utile, votez :
12 votes

Le magazine > Société

Bien plus que des vacances

Bien plus que des vacances

Loisirs Provence Méditerranée, c’est déjà une longue histoire. Plus de quarante années à proposer des séjours de vacances pour tous. "Pour tous" car depuis dix ans, l’association LPM se consacre aussi au secteur adapté et plus particulièrement aux (...)

Une fenêtre ouverte sur la Provence

Une fenêtre ouverte sur la Provence

La Provence, terre de prédilection pour le tourisme, l’est-elle aussi pour les vacances des handicapés ? Après notre passage au Centre Régional du Tourisme PACA (CTR), nous pouvons en être sà »rs, les collectivités territoriales soutiennent activement (...)

Bouches-du-Rhône, "sous le soleil exactement"

Bouches-du-Rhône, "sous le soleil exactement"

En première ligne dans la démarche d’accessibilité au tourisme adapté, Bouches-du-Rhône Tourisme c’est à la fois un travail de terrain pour la labellisation des sites et établissement touristiques ; c’est aussi, à travers le site visitprovence.com, un (...)

L'accessibilité touristique, un train en marche.

L’accessibilité touristique, un train en marche.

La France est depuis les années quatre-vingt dix la première destination touristique au monde (74 millions d’arrivées comptabilisées en 2010). A ce flot ininterrompu de touristes se joignent, pendant les vacances, les millions de français qui (...)

2. Habicap sous toutes les coutures

Habicap sous toutes les coutures

Anne-Marie Bouzon a fondé la société Habicap en 2003 avec Annick Goncalvès dans la confection de costumes de scène et de vêtements de créateur. C’est en constatant que certains de ses amis en fauteuils avaient quelques difficultés à se vêtir qu’il lui (...)

Le regard, un miroir qui déforme

"Ne pas se fier aux apparences", "L’habit ne fait pas le moine", nombre d’adages ont popularisé l’idée que la véritable identité, l’appréhension du vrai se situe sous le vernis et non à la surface des choses et des gens. Pourtant, l’image que nous (...)

4. Une passerelle entre deux mondes

Une passerelle entre deux mondes

Longtemps interdite en France, il a fallu attendre la loi de février 2005 pour que la Langue des Signes Française (LSF) soit enfin reconnue comme une langue à part entière. Cette reconnaissance tardive, amène aujourd’hui les publics sourds à (...)

La formation des architectes à l’accessibilité

Anne Monteux architecte, dispense à des maîtres d’oeuvres des formations sur l’accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées. Elle nous présente son rôle d’informations et de conseils sur les textes en vigueur, textes qui peuvent paraître à (...)

On est heureux nationale 7

Avec ses huit millions de passagers transportés par an, ses trente huit lignes régulières et ses navettes autoroutières, le réseau de transport Cartreize peut figurer parmi les bons élèves de l’accessibilité. Dès 2004, sur la liaison Aix-Marseille les (...)

En voir de toutes les couleurs

Les personnes porteuses d’un handicap visuel seraient-t-elles les oubliées de l’accessibilité ? Rencontre avec Jean-Louis Sereni, directeur adjoint de "L’Arc- en-Ciel", un des établissements de l’Institut Régional des Sourds et Aveugles de Marseille (...)

Commentez cet article
avec facebook
Creative Commons License handimarseille.fr, le portail du handicap à Marseille (https://admin.handimarseille.fr), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par accatone/resurgences
Tourisme Atlas
projet NetLab, politiques publiques, big data et sciences sociales
spacelike, une exploration visuelle du web de l'art contemporain