Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.
Le portail du handicap à Marseille

Le magazine

Le dossier

Le guide

L’annuaire web

L’agenda

L’accessibilité touristique, un train en marche.

L'accessibilité touristique, un train en marche.

La France est depuis les années quatre-vingt dix la première destination touristique au monde (74 millions d’arrivées comptabilisées en 2010). A ce flot ininterrompu de touristes se joignent, pendant les vacances, les millions de français qui choisissent de visiter leur pays et plus particulièrement notre région [1].
La région Provence Alpes Côte d’Azur est en effet devenue la destination phare pour de très nombreux vacanciers en quête de soleil, de plages mais aussi de patrimoine et de culture. Tout comme l’accès à l’emploi, à la formation, à l’espace public de manière générale, "l’accès libre" aux vacances et aux loisirs est un facteur important d’intégration sociale et d’épanouissement personnel pour les personnes en situation de handicap. Or, partir en vacances se révèle bien souvent une épreuve supplémentaire dès lors qu’il s’agit de trouver un moyen de transport, un hébergement et des sites d’accueil adaptés. L’accès des personnes handicapées aux équipements et aux activités touristiques représente donc à la fois un enjeu social et un enjeu économique, si l’on considère qu’aujourd’hui, le nombre de personnes souffrant de déficiences motrices, sensorielles ou intellectuelles atteint près de 40% de la population française, soit près de vingt-cinq millions de personnes [2].

L’objet d’Handimarseille ne sera pas de réduire ce dossier à un numéro d’été "Spécial Vacances" : les bons plans, les bonnes combines, où aller, où manger, où dormir... L’idée est certes de cerner l’offre touristique adaptée, et de l’appréhender à travers la problématique de l’accessibilité, mais aussi et surtout de savoir où et comment trouver l’information nécessaire pour la bonne organisation de son séjour de vacances à Marseille et en région.


LA PROBLEMATIQUE DE L’ACCESSIBILITE


Rappel du cadre législatif

Lorsque l’on interroge une personne handicapée, c’est bien la limitation d’activité face à un environnement non-adapté qui constitue le facteur déterminant de son handicap. Parmi ces activités de la vie quotidienne, il en est une qui leur est trop souvent inaccessible : partir en vacances comme tout autre citoyen, dans des lieux proposant un véritable panel d"™activités, à la fois diversifié et adapté.

Depuis plus de trente ans, de nombreux textes de lois sont venus encadrer et définir ce qu’est le handicap et son rapport à l’accessibilité. Qu’en est-il ? Dès 1975, l"™article premier de la loi d"™orientation n°75-534 du 30 juin 1975 en faveur des personnes handicapées stipulait que "L"™intégration sociale et l’accès aux sports et aux loisirs du mineur et de l’adulte handicapés (physiques, sensoriels ou mentaux) constituent une obligation nationale". Mais, comment les personnes handicapées pourraient-elles avoir accès aux activités de loisirs quand l’offre qui leur est proposée est inadaptée ? En effet, alors que la demande est considérable [3], le taux de départ en vacances des personnes handicapées reste très faible, et ce pour diverses raisons. Sont évoqués à la fois le nombre très limité de structures adaptées, d’hébergements accessibles, les tarifs exorbitants alors en pratique, mais aussi l’absence d’information fiable sur cette offre. De plus, l"™accessibilité de l"™offre touristique aux personnes en situation de handicap suppose non seulement que les sites et équipements touristiques soient accessibles, mais également que tous les autres maillons de la chaîne de déplacement le soient également.

En réponse à ces difficultés, le secrétariat d"™État au Tourisme a décidé en 2001, de mettre en place une structure destinée à apporter une information "fiable et objective" de l"™accessibilité des sites et équipements touristiques en tenant compte de tous les types de handicaps, afin de "développer une offre touristique adaptée et intégrée à l"™offre généraliste". Concrètement, suite aux rapports du Conseil National du Tourisme, la cellule de coordination nationale "tourisme et handicap", crée en 1994, s’est transformée en 2001 en association. Elle a notamment pour objectifs de sensibiliser les professionnels du tourisme et de mettre en œuvre le label "Tourisme et Handicap" (nous y reviendrons plus en avant).
Enfin, évoquons la Loi du 11 Février 2005. Si tous les aspects de la vie sociale, notamment les activités liées au temps libre, ne sont pas spécifiquement abordés, cette loi a posé le principe de "l’accessibilité totale et universelle" à la sphère publique et privée et donc le principe de la chaîne du déplacement, dont l’accès aux transports adaptés fait partie. La problématique de l’accessibilité et l’idéal d’équité entre les citoyens qu’elle sous-tend, ne peuvent s’exonérer des contraintes financières qui s’imposent au "grand chantier" de l’accessibilité. En d’autres termes, affirmer des idéaux est une chose, mettre en place une volonté politique et surtout les moyens financiers qui y répondent en est une autre, si l’on ne veut pas réduire la politique à la simple communication de bonnes intentions. Aujourd’hui, c’est à partir de la prise en compte d’un véritable "marché de la déficience et du handicap" (du notamment au vieillissement de la population), que naissent et s’orientent les politiques d’accessibilité. C’est la Loi du Marché, plus que toute considération morale ou philosophique, qui établit les conditions de l’équité entre les citoyens.

Ce que l’on entend par offre touristique adaptée et par freins au départ en vacances.

Dans le texte donc, le développement d’une offre touristique adaptée s’inscrit dans la logique du droit au départ en vacances pour tous, dans la volonté de favoriser l"™accès aux vacances et aux loisirs pour les personnes en situation de handicap.
Historiquement, ces dernières ont d’abord vécu dans une logique de différenciation, avec des vacances organisées dans des centres spécialisés accueillant uniquement des personnes déficientes. Puis, progressivement, d’autres offres touristiques se sont développées, dans une logique d’intégration. Chacune de ces deux modalités tente de répondre aujourd’hui à la diversité des besoins inhérents à chaque degré de déficience.

Le premier facteur favorable au départ en vacances des personnes en situation de handicap est le revenu. L"™autonomie de déplacement arrive ensuite comme facteur essentiel de départ. Le principal frein au départ en vacances, que l’on soit valide ou handicapé est donc d’ordre purement financier. La fonte régulière du pouvoir d’achat des français depuis plus de trente ans les a conduit à fixer des priorités, dont le départ en vacances ne fait plus partie. Le succès populaire des films "Camping" n’exprimait pas tant une nostalgie française pour l’apéro en slip de bain et en claquettes au pied de la tente "quechua", mais traduisait la prolétarisation inexorable d’une frange importante de la population.
Il existe à ce titre un ensemble de dispositifs d’aides financières au départ en vacances. L’APAJH (Associations pour Adultes et Jeunes Handicapés) y dédie un page sur le site de sa fédération. D’autres sources proposent ce type d’information, notamment les portails ministériels (Ministère de la jeunesse et des solidarités actives et Ministère de la santé et des sports) [4].

Concernant les enfants handicapés, l’étude "Partir en vacances, encore un combat ?" [5] mentionnait les divers freins limitant l’accès aux séjours de vacances. Ces freins, que l’on soit enfant ou adulte, restent à peu près les mêmes. Cette étude soulevait de fait la question du surcoà »t, du prix très élevé des séjours adaptés (surtout dans le cas d’une personne ayant une autonomie faible, nécessitant un taux d"™encadrement élevé et éventuellement la présence d"™un personnel para-médical). Elle posait la question de la confiance à avoir dans le personnel d"™animation (pour un public souvent plus fragile et ayant parfois moins de capacités de se protéger). Elle soulevait donc la question de la formation au handicap du personnel d’animation et des directeurs de centres vacances (dispositifs encore peu répandus et peu connus dans notre région) ainsi que celle de la méconnaissance générale du handicap par les professionnels du tourisme.
Au delà de ces considérations, les personnes en situation de handicap se sont longtemps heurtées à deux obstacles principaux : une offre touristique limitée, en équipements, structures et dispositifs adaptés ; et un déficit d’accessibilité global de la chaîne de déplacement . En effet, à quoi bon rendre une plage accessible si l’on a aucun moyen de s’y rendre ?!


LE TOURISME ADAPTE, UN SECTEUR EN PLEINE MUTATION


La donne a changé. Depuis dix ans en effet, la thématique de l’accès aux vacances et aux loisirs pour les personnes en situation de handicap semble résonner plus fort dans les milieux politiques, institutionnels et chez les professionnels du tourisme.
Pourquoi ? Cela tient, comme nous l’avons évoqué, à la fois à des considérations d’ordre moral et économique ; pragmatisme parfaitement assumé par la communication institutionnelle sur ce sujet [6].
Alors concrètement, qu’est-ce qui a changé ? Aux nombreux freins au départ en vacances que nous avons soulignés, un certain nombre de réponses ont été apportées. Deux initiatives ont essentiellement permis de faire bouger les choses : la mise en place d’une logique de labellisation des structures, équipements et sites touristiques, ainsi que l’accent mis sur les dispositifs d’information et de promotion de l’offre touristique adaptée.

Une logique de labellisation [7]

Plus qu’une garantie de qualité en termes d’accueil, la labellisation participe d’avantage à un effort de communication et de promotion d’une offre touristique adaptée. Il existe aujourd’hui plusieurs labels "encadrant" cette offre. Ils revendiquent une certaine complémentarité, mais ne sont pas regroupés sous une même "bannière", ce qui soulève quelques interrogations et mérite quelques précisions.

  • Celui qui jouit aujourd’hui de la plus grande reconnaissance est le Label "Tourisme et Handicap". Ce label, mis en place en 2001 par l’Association Tourisme et Handicap à la demande du Ministère du Tourisme jouit d’une forme de légitimité institutionnelle. Il a pour ambition d’offrir un vrai choix sur l’ensemble de l’offre touristique adaptée, grâce à une "information fiable, descriptive, objective et homogène de l’accessibilité des sites et des équipements touristiques, et ce pour les quatre grands types de handicap : moteur, visuel, auditif et mental" [8]. Pour tout savoir sur la démarche de labellisation "Tourisme et Handicap" sur notre région, retrouvez dans notre dossier les témoignages de Bouches du Rhône Tourisme et du Comité Régional de Tourisme.
    Il existe d’autres labels visant à garantir et informer le public quant à l’offre touristique adaptée. Notons parmi eux :
  • Le Label "Handiplage" : L"™association Handiplage décerne, depuis l"™année 2000, le label Handiplage à des communes selon quatre niveaux de qualité d"™accessibilité et d"™accueil des personnes handicapées [9].
  • Le Label "Handi-vacances" : Lancé le 16 juillet 2009 par Nadine Morano, secrétaire d’Etat chargée de la Famille et de la Solidarité, et "destiné à récompenser les communes exemplaires en termes d"™accessibilité globale pour les vacances des personnes handicapées et leurs familles" [10].
  • Le Label "Destination pour Tous" : En Juillet 2010, l’inoxydable Nadine Morano et Hervé Novelli ont lancé ce nouveau label. Un label pour les territoires qui proposent un cadre de vie, des activités, des transports et des services adaptés à tous... [11]

Précisons tout de même que certaines associations, l’APF en tête (Association des Paralysés de France), n’ont pas manqué de s’interroger quant à la pertinence de la création et de l’articulation de tous ces labels [12]. On peut aussi simplement faire le constat que ces "joujous" ont un coà »t pour le contribuable et que ce coà »t n’est pas toujours en rapport avec l’efficacité et les résultats escomptés.

Les acteurs et les dispositifs d’information.

Quand vient l’heure de préparer le départ en vacances et de choisir une destination, de nombreux dispositifs permettent de cerner l’offre touristique adaptée. En fait, chaque acteur, chaque structure institutionnelle ou associative liée à ce secteur est à même de nous informer. On se trouve alors confrontés à une pléthore de sources d’information, dont il convient de faire le tri et de préciser ce à quoi elles touchent. Il est important de souligner également que plus que pour tout autre public, l"™outil internet est incontournable pour l"™accès à l"™information pour les personnes en situation de handicap, le web joue un rôle capital sur la décision de départ et sur l"™organisation de séjour.

  • Handitourisme Paca : C’est le Comité Régional de Tourisme (CRT), à travers Handitourisme Paca, qui propose à ce jour l’information la plus riche et la plus complète en termes de tourisme adapté. Handimarseille s’était rendue le jeudi 24 mars dernier, dans les locaux du CRT, pour le lancement officiel du site www.handitourismepaca.fr. Nous avons également rencontré Valérie Vuillerme, qui coordonne la mission Tourisme et Handicap au CRT et qui est donc en charge de Handitourismepaca.fr (retrouvez son témoignage dans notre dossier du mois). Ce site a été créé pour répondre au besoin d"™information des personnes handicapés (en prenant en compte leurs déficiences : visuelle, auditive, mentale et motrice) quant à l"™offre adaptée disponible, que ce soit en termes de transports, d"™hébergement aussi bien que des loisirs dans toute leur diversité. Les internautes peuvent donc accéder à une offre touristique régionale adaptée à leurs besoins : restaurants, plages, activités et loisirs, lieux de visites, actualités, liens et conseils pratiques etc. Handitourismepaca.fr est le premier site internet à obtenir le label AccessiWeb 2.1, ce qui signifie qu’il est parfaitement accessible aux personnes en situation de handicap, quelque soient leurs handicaps. On y trouve par exemple des vidéos en LSF (Langue des Signes Française).
  • Visitprovence.com : A l’échelle départementale, Bouches du Rhône Tourisme (c’est le nouveau nom du Comité Départemental de Tourisme) s’est vu confier par le Conseil Général la mission de développer l’offre touristique accessible aux personnes en situation de handicap, à travers le label Tourisme et Handicap. Vous trouverez sur son site à la fois des brochures téléchargeables (en documentation) et des guides Tourisme et Handicap [13].
  • En termes de proximité, à l’échelle de la ville, on trouve les Offices de Tourisme. Notons qu’à Marseille, l"™office du tourisme et des congrès est labellisé "Tourisme et Handicap" depuis février 2010 pour trois handicaps (moteur, auditif, mental). La labellisation pour le handicap visuel est l"™une des priorités de la saison 2011 [14].
  • Au niveau national, le site officiel du tourisme en France répertorie 3000 sites (musées, restaurants, gîtes, plages...) accessibles aux personnes handicapées [15]. Parce que les vacances, ce n’est pas que du tourisme balnéaire, mais aussi la possibilité de découvrir le patrimoine accessible de notre pays [16].

Parce qu’il n’y a pas que internet, vous trouverez en support "papier" :

  • Toujours Un Chemin. Le 15 avril dernier, cette collection a publié cinq nouveaux guides touristiques pour les personnes à mobilité réduite et seniors : Lourdes, Marseille, Montpellier, Nice et Paris. Ces guides, réalisés en partenariat avec les offices de tourisme concernés, ont pour originalité de répondre à des questions essentielles que les guides traditionnels ne prennent pas en compte : Comment vient-on dans ces villes avec son fauteuil ? Comment se déplacer de l"™aéroport à l"™hôtel ? Quels sont les quartiers sans épreuve même pour une personne âgée ? Quels sont les services proposés par l"™office de tourisme pour que les séjours soient, des plus agréables possibles ?
  • Il existe encore de nombreux guides touristiques spécifiques au handicap. l’APF (Association des Paralysés de France), à titre d’exemple propose chaque année son Guide vacances.
  • D’autres structures communiquent également sur le sujet. Ainsi, le site du CREAI, (Centre Inter-Régional d’étude, d’action et d’information en faveur des personnes en situation de handicap et/ou d’inadaptation) vous propose (il y a un site pour chaque région), des informations et publications susceptibles de vous orienter dans vos recherches. [17]
  • Le Conseil national des loisirs et du tourisme adaptés (CNLTA) fait aussi figure de site ressource [18].


Où en sont aujourd’hui notre pays et notre région en termes d’offre touristique adaptée, dix ans après la mise en place du label "Tourisme et Handicap" ? Si les collectivités territoriales accompagnent et encadrent les projets de labellisation, l’essentiel des dépenses engagées dans cette démarche concerne des acteurs privés (les 2/3 des structures aujourd’hui labellisées en France concernent l’hébergement et la restauration) [19].

Ces considérations ne doivent cependant pas faire fi de l’évolution notable de la démarche de labellisation "Tourisme et Handicap" ces dernières années. Celle-ci a débuté en 2001 et après plus de dix ans, on compte 4500 sites labellisés sur l’ensemble du territoire français. Si en Provence Alpes Côte d"™Azur, jusqu’en 2006, l"™évolution du label est restée relativement faible par rapport aux autres régions (avec seulement vingt-six sites labellisés), la labellisation s’est accélérée entre 2006 et 2007, quand tous les départements de la région ont rejoint cette démarche. Provence-Alpes-Côte d"™Azur a alors enregistré une des plus fortes progressions en France, pour se situer aujourd’hui au cinquième rang national au nombre de sites labellisés. S’il l’on considère que Paca est la principale destination touristique au niveau national, il reste encore du chemin à faire. Toutefois, la dynamique de labellisation dans notre région est en marche et c’est bien là l’essentiel. Pour plus d’information, de chiffres et de statistiques quant à l’évolution des sites labellisés, par département ou selon les handicaps concernés, consultez (disponibles en téléchargement) le Dossier de presse d’Handitourisme Paca (www.handitourismepaca.fr) et le Guide Tourisme et Handicap 2011 de Bouches du Rhône Tourisme (www.visitprovence.com).

Si le grand chantier de l’accessibilité totale et universelle accuse dans notre région un certain retard, celui de l’accessibilité à une offre touristique adaptée a bien décollé. Cette avancée pour le "droit aux vacances" [20] illustre le combat mené en ce sens par les associations, les institutions et les professionnels du tourisme. Handimarseille ce joint à eux pour vous souhaiter de "Bonnes vacances" !

Article rédigé par Ugo Chavarro

Notes

[1] (Bouches du Rhône, avec 9,9 millions de touristes en 2010 est le premier département de Paca en termes de visiteurs)

[2] (L’enquête HID, Handicap, Incapacité, Dépendance, menée en 2001 par l’Insee (Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques) faisait état de 22,47 millions de personnes)

[3] voir enquête HID, Insee, 2001

[4] ( http://www.apajh.org/index.php?...a..., http://www.aides-etat.com/Aide-aux-..., http://les.vies.denses.81.over-blog.... Aides_aux_vacances_en_faveur_des_personnes_en_situation_de_handicap-3025136.html)

[5] (réalisée par le CREAI PACA et Corse en 2006 sur l"™accès aux séjours de vacances pour les enfants handicapés de la région Provence-Alpes-Côte d"™Azur. www.creai-pacacorse.com/3_et...)

[6] ("Au-delà de l"™exigence sociale et morale que constitue l"™accueil des personnes handicapées, il s"™agit également d"™une nécessité pour l"™industrie touristique régionale, puisqu"™elle lui procure un facteur d"™attractivité et un avantage concurrentiel supplémentaire dans le choix de la destination" -dossier de presse d’Handitourismepaca.fr)

[7] (Labellisation : fait d’attribuer un label, marque spéciale introduite par une organisation professionnelle pour identifier et pour garantir l’origine et un niveau de qualité. Dictionnaire Reverso)

[8] (www.tourisme-handicaps.org)

[9] (www.handiplage.fr/spip.php ?a...)

[10] (www.travail-solidarite.gouv...."¦)

[11] (www.solidarite.gouv.fr/.../l...)

[12] (http://presse.blogs.apf.asso.fr/arc...)

[13] ( http://www.visitprovence.com/guide-...)

[14] (www.marseille-tourisme.com/)

[15] (http://tourisme-handicaps.org)

[16] (site des monuments nationaux : http://www.handicap.monum.fr/)

[17] (http://www.creai-pacacorse.com/)

[18] (http://www.cnlta.asso.fr)

[19] (parmi les équipements de proximité financés par la Région, notons toutefois le programme d"™accessibilité à la baignade qui a permis d"™équiper plus de 70 plages (côtières et lacs) de la région en "œTiralos" et "œHyppocampes" )

[20] ("Les personnes handicapées ne veulent pas se retrouver en vacances comme dans un ghetto. Elles demandent simplement à bénéficier du même niveau de prestations que tout un chacun. Elles ne courent pas après des réductions spéciales handicapés". Annette Masson, Présidente d’ATH)


Vous avez trouvé cet article intéressant ou utile, votez :
2 votes

Le magazine > Société

Bienvenue à Handiland !

Ludiques, éducatifs, rééducatifs, coopératifs, les jeux construisent et rassemblent. La période des fêtes semble propice à l’interrogation sur une tradition devenue commerciale, y compris dans sa version (...)

L’ARI, adhérente du mouvement Inter Parcours.

Entretien avec le président de l’association ARI, Jacques Pantaloni et avec l’un des membres fondateurs des Parcours et d’Inter Parcours, Daniel Marraffa.

L’APF des BDR dans le mouvement Inter Parcours.

Rôle et relation d’une association emblématique au sein du mouvement Inter Parcours.

La mixité, pour une normalisation des rapports

La mixité, pour une normalisation des rapports

Si la mixité s’avère être la voie normale pour beaucoup d’élèves en situation de handicap, quelle est l’aptitude des structures d’accueil à savoir - et vouloir - s’adapter ?

Plages accessibles aux personnes handicapées

Plages accessibles aux personnes handicapées

Si l’accès aux lieux publiques représentent autant de combat importants à mener, cela concerne aussi les loisirs. Le premier de ces loisirs dans notre région c’est évidemment la plage.

Séjours adaptés pour des vacanciers pas comme les autres

Séjours adaptés pour des vacanciers pas comme les autres

Le but de l’UFCV est d’organiser des séjours adaptés qui répondent aux besoins des vacanciers handicapés et qui leur permettent de vivre une véritable aventure et de partager des moments du bonheur.

Entretien avec Patricia Conte, chef de Service Départemental pour les Personnes Handicapées

Entretien avec Patricia Conte, chef de Service Départemental pour les (...)

Madame Patricia Conte nous parle des actions soutenues par le Conseil Général favorisant l’intégration des personnes handicapées afin qu’il puissent pleinement participer à la vie citoyenne.

Être et paraître, l'Image de soi et le handicap

Être et paraître, l’Image de soi et le handicap

Dans une société où le "look", l’apparence, est reine, comment est perçue la personne handicapée et comment se voit-elle ?

Le choix d’être chez soi

Quelles possibilités sont offertes aux personnes handicapés qui souhaitent disposer d’un logement décent ? Est-il possible de vivre en autonomie malgré le handicap ?

"Solidarité Réhabilitation" : l’apprentissage de l’autonomie au service des (...)

Face aux faibles moyen alloués par les pouvoirs public, l’association Solidarité Réhabilitation développe des actions en faveur de la population souffrant de troubles psychiques.

Commentez cet article
avec facebook
Creative Commons License handimarseille.fr, le portail du handicap à Marseille (https://admin.handimarseille.fr), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par accatone/resurgences
Tourisme Atlas
projet NetLab, politiques publiques, big data et sciences sociales
spacelike, une exploration visuelle du web de l'art contemporain