Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.
Le portail du handicap à Marseille

Le magazine

Le dossier

Le guide

L’annuaire web

L’agenda

L’âge se lit dans les yeux des autres, même quand soi-même on n’y pense plus...

V. Despentes

Malgré l’hétérogénéité des conditions de mode de vie, les personnes âgées ont une identité sociale bien que les vocables soient nombreux.
Tout d’abord, on observe que le terme de « vieillard » est remplacé par celui de « retraité ».
Le troisième âge est apparu dans les années 70. Il signifie une retraite active et une nouvelle jeunesse pour les plus de 60 ans. D’autant plus, que l’espérance de vie d’un retraité est supérieure à 20 ans. Quant à lui, le quatrième âge se situe communément après 75 ans. Il est le principal destinataire des dispositifs de politiques sociales. Dès les années 70, s’adressant au quatrième âge les médecins gériatres ont évoqué les premiers, les problèmes de déficience physique des personnes âgées.

La vieillesse est un processus universel, irréversible et handicapant où les capacités physiques déclinent. Elle s’accompagne d’une baisse d’activité et des interactions sociales. On appelle cela le désengagement fonctionnel. Outre la baisse d’activité, les relations sociales diminuent avec l’âge. Au final, on assiste à un repli domestique de la personne âgée. L’exercice de la citoyenneté est révélateur de la diminution du rôle de la personne âgée. On constate une nette diminution de la participation au suffrage démocratique chez les personnes âgées entre 70 et 80 ans.
Une perte d’autonomie peut être le signe d’une vieillesse handicapante, si la dépendance est liée au brusque choc de la dégradation de l’état de santé. D’autant plus qu’elle constitue un véritable problème pour l’entourage. Mais d’autres critères entrent en jeu comme la disponibilité de la famille, le coût et l’adaptation du logement au handicap.

En fait, le sentiment de vieillesse handicapante est lié à l’image de soi que renvoie la société à la personne âgée. Cela se signale souvent par la mise en doute des aptitudes, une attitude protectrice ou condescendante des anonymes et des proches. Dans un bus, c’est le fait qu’on leur propose une place assise. De même, pour l’entourage, le port de certains objets comme les appareils auditifs, ou de lunettes avec la vue qui baisse sont autant de signes révélateurs de cet état de fait. Ainsi, ce sont les interactions quotidiennes et le regard social prégnant, qui classifient des individus dans la catégorie des personnes âgées.

Être résigné face à cela, c’est vivre une vieillesse handicapante. Refuser de vieillir, c’est refuser de dépendre des autres. « Être en colère lorsqu’on assiste à une diminution des réflexes, et être le cas échéant dépressif face à la solitude », comme le souligne François de Singly. En somme, c’est rester vivant. Le maintien de l’identité de la personne âgée, les sociologues la nomment la déprise : en dépit de la dégénérescence des capacités physiques, l’enjeu pour la personne âgée est le maintien de son identité. Avec la diminution des capacités physiques qui est inéluctable, il faut « savoir vieillir sans être vieux » affirme Marie Hennezel. Donc il faut que la personne âgée garde de l’amour et du désir en soi.

Un parallèle existe entre la vieillesse et le handicap : il se caractérise par une limitation des possibilités d’interaction d’un individu avec son environnement qui provoque une incapacité, permanente ou non, et qui mènent à un stress et à des difficultés morales, intellectuelles, sociales et physiques (définition Wikipédia).
En effet, la vieillesse résulte d’impact physique, psychique et biologique. Mais celle-ci ne se vit pas de la même façon. En fait, elle est plurielle. La nomenclature professionnelle entraîne des disparités en matière de santé. Un professeur a une vieillesse moins handicapante qu’un ouvrier du bâtiment. Sujet d’actualité au moment où l’on parle de la pénibilité du travail dans le débat sur les retraites !
Certains gérontologues rejettent même l’idée que la vieillesse est handicapante. Les personnes âgées ne seraient pas vouées à l’inactivité. Les animateurs gérontologues estiment que le quatrième âge jouit d’une certaine autonomie. Les animateurs en gérontologie doivent coordonner leurs projets d’animation du quatrième âge à leurs capacités physiologiques.

Ainsi, les personnes âgées gardent leurs petits-enfants, participent à diverses activités et voyagent dans les clubs du troisième âge. Dans les villages d’Afrique de l’ouest, des personnes âgées de plus de 70 ans portent de grandes bassines d’eau sur la tête avec une grande dextérité sans que personne s’en offusque.
La vieillesse n’est pas handicapante. Elle fragilise l’individu au niveau physiologique. Certes, dans les transports en commun le quatrième âge a aussi des places réservées, mais le parallèle s’arrête là. Même si elle est plus encline à souffrir de certaines pathologies : Alzheimer, fracture du col du fémur, maladies nosocomiales... La personne âgée a toujours de la volonté, des projets, et du désir !

H. G.


Vous avez trouvé cet article intéressant ou utile, votez :

Le magazine > Société

Bienvenue à Handiland !

Ludiques, éducatifs, rééducatifs, coopératifs, les jeux construisent et rassemblent. La période des fêtes semble propice à l’interrogation sur une tradition devenue commerciale, y compris dans sa version (...)

L’ARI, adhérente du mouvement Inter Parcours.

Entretien avec le président de l’association ARI, Jacques Pantaloni et avec l’un des membres fondateurs des Parcours et d’Inter Parcours, Daniel Marraffa.

L’APF des BDR dans le mouvement Inter Parcours.

Rôle et relation d’une association emblématique au sein du mouvement Inter Parcours.

sites/handimarseille/IMG/jpg/La-mixite_-pour-une-normalisation-des-rapports.jpg

La mixité, pour une normalisation des rapports

Si la mixité s’avère être la voie normale pour beaucoup d’élèves en situation de handicap, quelle est l’aptitude des structures d’accueil à savoir - et vouloir - s’adapter ?

sites/handimarseille/IMG/jpg/des-plages-accessibles.jpg

Plages accessibles aux personnes handicapées

Si l’accès aux lieux publiques représentent autant de combat importants à mener, cela concerne aussi les loisirs. Le premier de ces loisirs dans notre région c’est évidemment la plage.

sites/handimarseille/IMG/jpg/u-f-c-v-_2.jpg

Séjours adaptés pour des vacanciers pas comme les autres

Le but de l’UFCV est d’organiser des séjours adaptés qui répondent aux besoins des vacanciers handicapés et qui leur permettent de vivre une véritable aventure et de partager des moments du bonheur.

sites/handimarseille/IMG/jpg/entretien-patricia-conte.jpg

Entretien avec Patricia Conte, chef de Service Départemental pour les (...)

Madame Patricia Conte nous parle des actions soutenues par le Conseil Général favorisant l’intégration des personnes handicapées afin qu’il puissent pleinement participer à la vie citoyenne.

sites/handimarseille/IMG/jpg/delphine-censier.jpg

Être et paraître, l’Image de soi et le handicap

Dans une société où le "look", l’apparence, est reine, comment est perçue la personne handicapée et comment se voit-elle ?

Le choix d’être chez soi

Quelles possibilités sont offertes aux personnes handicapés qui souhaitent disposer d’un logement décent ? Est-il possible de vivre en autonomie malgré le handicap ?

"Solidarité Réhabilitation" : l’apprentissage de l’autonomie au service des (...)

Face aux faibles moyen alloués par les pouvoirs public, l’association Solidarité Réhabilitation développe des actions en faveur de la population souffrant de troubles psychiques.

Commentez cet article
avec facebook
Creative Commons License handimarseille.fr, le portail du handicap à Marseille (www.handimarseille.fr), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Mentions légales   |   Bannières et vignettes Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique