Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.
Le portail du handicap à Marseille

Le magazine

Le dossier

Le guide

L’annuaire web

L’agenda

Une fenêtre ouverte sur la Provence

Notre Région, au rendez-vous de l’accessibilité touristique.

La Provence, terre de prédilection pour le tourisme, l’est-elle aussi pour les vacances des handicapés ? Après notre passage au Centre Régional du Tourisme PACA (CTR), nous pouvons en être sà »rs, les collectivités territoriales soutiennent activement le développement et la promotion de structures handi-compatibles dans notre région. Valérie Vuillerme, chargée de mission sur la thématique tourisme et handicap au CTR, nous présente le catalogue des aides et des mesures prises, qui devraient conduire dès la fin de cette année à la labellisation "Tourisme et handicap" de 300 sites répertoriés en PACA. L’investissement réalisé en matière de communication au travers du site "handitourismepaca.fr" symbolise à lui seul la sensibilisation des acteurs en ce domaine dans notre région. Bonnes vacances à tous...

Une fenêtre ouverte sur la Provence

Handimarseille. - Bonjour. Pouvez-vous vous présenter ? Qu’est-ce qui vous a conduit à travailler autour de la thématique tourisme et handicap ?

Valérie Vuillerme. - Valérie Vuillerme, je travaille au Comité Régional de Tourisme Provence Alpes Côte d’Azur (CRT) où je suis chargée de mission depuis de nombreuses années et je travaille depuis quelques temps sur la thématique tourisme et handicap. A ce titre, je suis au niveau du CRT, la référente tourisme et handicap.

H. - Quelles sont les principales missions du CRT en général, et en rapport avec notre thématique ?

V. V. - Les missions essentielles du Comité Régional de Tourisme consistent à faire la promotion de notre région auprès de toutes les clientèles touristiques, françaises ou étrangères. A ce titre l’offre touristique doit être adaptée aux attentes de chacun des touristes que nous ciblons, notamment pour tout ce qui concerne le handicap. Le Comité Régional de Tourisme accompagne depuis quelques années déjà la démarche "Tourisme et Handicap".

H. - Comment s’inscrit le CRT dans cette démarche "Tourisme et Handicap", Quel est son rôle exact ?

V. V. - Le rôle du CRT dans la démarche "Tourisme et Handicap" est simple. Il consiste essentiellement à promouvoir et à valoriser l’offre touristique "Tourisme et handicap" autour de quelques action phares. Il a notamment réalisé, pour les professionnels du tourisme un outil de sensibilisation autour de cette démarche, ensuite le CRT s’est doté récemment d’un outil de communication très novateur, qui est son site web : www.handitourismepaca.fr. L’idée est de valoriser l’ensemble des sites touristiques labellisés "Tourisme et handicap" de la région ; qu’il s’agisse de plages adaptées et accessibles à l’ensemble du public, ou bien des salles de spectacle équipées par le Conseil Régional en boucles magnétiques pour le handicap auditif.

H. - Jusqu’en 2006 notre région était un peu à la traîne en termes d’accessibilité aux activités, équipements et sites touristiques pour les personnes handicapées. Pourquoi cette particularité ?

V. V. - Effectivement, lorsque le label "Tourisme et handicap" a été initié en 2001, peu de régions ont pris cette thématique à bras le corps. Il a fallu une véritable volonté politique de la part du Conseil Régional et de l’ensemble des départements autour de cette thématique pour pouvoir faire en sorte que la région soit aujourd’hui parmi les régions les mieux animées en terme de sites labellisés. Donc depuis 2006, grâce au "Schéma régional de développement touristique", et autour de l’axe de travail "vacances pour tous", le Conseil Régional et l’ensemble des partenaires concernés par la labellisation "Tourisme et handicap" ont initié un ensemble de subventions financières afin de pouvoir aider les professionnels à se lancer dans cette démarche de labellisation.

H. - La situation semble donc avoir évolué. Où en est-on aujourd’hui ?

V. V. - On va arriver d’ici la fin de l’année à 300 sites labellisés. Ce qui place aujourd’hui notre région à la cinquième place des régions françaises ; sachant qu’il y a cinq ans nous avions à peu près 26 sites labellisés, ce qui était quand même relativement dévalorisant, compte tenu de la place qu’occupe la région en termes de tourisme.

H. - Vous parliez de sites labellisés, qui s’occupe précisément de la labellisation ?

V. V. - Le label "Tourisme et handicap" est porté par l’association "Tourisme et handicap" (ATH) qui a été créée par le ministère du tourisme et c’est l’association ATH qui est le garant du label au niveau national. En région PACA ce sont les référents "Tourisme et handicap" de chaque département qui conduisent la démarche du début jusqu’à la fin de la labellisation. C’est à dire que ce sont eux qui d’une part font les diagnostics des sites et qui ensuite montent le dossier avec les gestionnaires du site, avec les collectivités concernées pour pouvoir proposer ensuite la labellisation à l’association "Tourisme et handicap" à Paris. Au final c’est donc l’association "Tourisme et handicap" qui accorde ou n’accorde pas le label.

H. - Quels sont les départements "exemplaires" en terme d’accessibilité touristique ?

V. V. - Au début de la démarche "Tourisme et handicap", deux départements se sont distingués. Ce sont les Alpes de Haute Provence et les Bouches du Rhône. Aujourd’hui, grâce à l’émulation qui a été impulsée par le schéma régional de développement touristique, l’ensemble des départements de la région se sont engagés. C’est la raison pour laquelle nous sommes parvenus aujourd’hui à avoir une offre aussi valorisante et aussi significative sur notre région.

H. - Encore peu de personnes handicapées partent en vacances. A votre avis pourquoi ?

V. V. - De manière globale, d’abord pour des raisons économiques, comme la plupart des personnes. Ensuite parce qu’il est difficile pour une personne, à mobilité réduite notamment, de pouvoir trouver une chaîne de déplacement qui lui permettre d’avoir des conditions de voyage les plus optimales. Ensuite en France, malgré les efforts consentis, puisqu’on arrive à 4 500 structures labellisées, il y a encore, à l’échelle de ce que notre pays peut proposer, peu de sites touristiques accessibles. On est quand même au premier rang mondial des destinations touristiques, mais les efforts qui ont été engagés ne suffisent malheureusement pas pour permettre de générer de manière optimale des vacances pour les publics handicapés.

H. - On évoque parfois la méconnaissance du handicap chez les professionnels du tourisme. La région participe t-elle à des missions de sensibilisation au handicap dans le milieu du tourisme ?

V. V. - On ne va pas s’engager vers des missions visant à expliquer ce qu’est le handicap. Mais à travers les missions que nous organisons, ou que mes collègues au niveau des départements continuent d’organiser, on participe à des réunions de sensibilisation à la démarche de labellisation "Tourisme et handicap". C’est à travers ces réunions de formation, de sensibilisation que nous sommes amenés à expliquer comment accueillir une personne en situation de handicap dans un office du tourisme, dans un hôtel ou dans un hébergement touristique autre. Nous sommes donc amenés à répondre à leurs questions parce que bien souvent ils ne connaissent pas le handicap et ont énormément de mal à appréhender cette clientèle lorsqu’ils la reçoivent dans leurs établissements. Malheureusement, le handicap fait souvent encore peur à certains.

H. - Vous développez le site Handitourismepaca.fr. A quand remonte sa création ? Qu’est-ce qui a motivé sa création et à quels besoins répond-t-il ?

V. V. - Les départements qui se sont lancés il y a quelques années dans cette démarche de labellisation, avaient chacun leur propre support de communication, mais au niveau de la région il n’existait aucun outil qui permette de réunir l’ensemble des structures labellisées. Très vite le CRT a décider de créer un site internet, car il nous est apparu que c’était le moyen le plus cohérent pour pouvoir faire la promotion permanente des sites labellisés. Ensuite, les personnes en situation de handicap, plus que n’importe quel autre public, vont rechercher l’information touristique et l’information quotidienne sur internet plus que sur n’importe quel autre support. Donc c’est vraiment pour eux un outil d’information adapté à leur manière de vivre au quotidien.

H. - Quelles solutions ont été mises en oeuvre pour rendre le site accessible à tous les handicaps ?

V. V. - Le Comité Régional de Tourisme a voulu faire un site internet exemplaire en France, ça c’est la première chose. Exemplaire parce que l’on s’adresse à un public de personnes en situation de handicap, et que notre site est accessible quel que soit le handicap. Lorsque nous avons mis ce site internet en ligne, nous nous sommes tout de suite engagés vers une démarche de labellisation AccessiWeb, qui est aujourd’hui le label le plus reconnu en France. Trois mois après la mise en ligne du site nous avons obtenu le label "or" qui est le niveau d’excellence le plus optimal en matière de labellisation pour un site internet. Pour les personnes non ou mal voyantes, nous proposons des informations sur un lecteur en Braille et des synthèses vocales. Pour les personnes déficientes auditives, nous traduisons sur des supports vidéo, l’essentiel des textes en langue des signes etc. Donc ça c’était une priorité. Le site propose une navigation très simplifiée, l’accès à l’information est très simple. L’attribution de ce "label or" vient "récompenser" le soin et le niveau d’exigence qui a été mis sur ce projet.

H. - Handitourisme est un site encore relativement jeune, est-ce que vous avez déjà des retours en termes de satisfaction et de fréquentation ?

V. V. - Pour être très honnête nous n’avons eu que des félicitations pour l’ensemble de notre démarche, notamment chez les professionnels du tourisme, car il ne faut pas oublier que le site est pour eux une vitrine et une nouvel outil de communication lorsqu’ils veulent s’adresser à un public de personnes handicapées. Les associations de personnes en situation de handicap nous ont également encouragé lors de la mise en ligne du site. Nous avons eu l’opportunité, bien avant sa mise en ligne, de faire tester ce site internet avec des associations de personnes déficientes visuelles qui nous ont confirmé que son accessibilité était optimale. Enfin, nous avons eu des retours très encourageants de la part des internautes, et le niveau de fréquentation est honorable pour un site aussi ciblé ; donc le bilan à ce jour est très satisfaisant.

H. - Quelles sont les pages les plus consultées, quelles sont les principales préoccupations des internautes ?

V. V. - Les pages les plus consultées concernent les transports adaptés. C’est la principale préoccupation pour une personne en situation de handicap, qui souhaite pouvoir venir dans notre région dans les meilleures conditions. Ensuite les pages les plus consultées concernent l’hébergement, et enfin les activités de loisir : les sorties, les musées, les plages etc.

H. - Vous êtes présents sur "Facebook", qu’est-ce que cela vous apporte ?

V. V. - Alors c’est déjà un plus indéniable en terme de trafic sur notre site. Nous avons créé, de manière informelle, un compte qui s’appelle "valeriehanditourismepaca.fr" et qui regroupe aujourd’hui plus de 2 300 amis. C’est aussi le moyen de mieux faire connaître nos sujets d’information autour du handicap. Nous avons par exemple récemment participé à un film avec "HandiTV", donc nous l’avons mis sur notre compte Facebook. Nous étions présents la semaine dernière à Lyon pour le salon Handica, et avons fait passer l’information via le réseau etc. Donc c’est un moyen de proposer et d’alimenter l’information de façon permanente avec les personnes qui s’intéressent à ces thématiques.

H. - Nous avons constaté qu’il existait beaucoup de labels (labels "handi vacances", "handi-plage", "destination pour tous"), dont le principal est "Tourisme et handicap". N’y a t-il pas un risque que la multiplication des labels ne rende l’information peu lisible pour le public concerné ?

V. V. - Vous avez raison. Ceci dit, ces labels sont malgré tout assez mal connus du grand public. Le plus connu, est le label "Tourisme et handicap", c’est aussi le plus ancien puisqu’il remonte à 2001. Ce qu’il est important de retenir c’est que le label "tourisme et handicap" est avant tout un label qui garantit l’accessibilité optimale pour les personnes en situation de handicap, quel que soit leur handicap ; mais qui permet surtout aux professionnels de communiquer sur un effort particulier qu’ils ont fait et dans lequel ils ont investi pour accueillir dans les meilleures conditions les personnes en situation de handicap. Donc, comme tous les labels, c’est un label de qualité, mais il est aussi et avant tout un label de communication. Bénéficier aujourd’hui du label "tourisme et handicap", c’est un atout concurrentiel de plus pour un établissement touristique, ça c’est important.

H. - Quelle relation entretenez-vous avec le monde associatif et avec toutes les structures qui travaillent de près ou de loin autour du handicap ?

V. V. - Sans les associations, le label "tourisme et handicap" ne pourrait pas exister. Donc les relations sont très fortes. Je pense à mes collègues dans les départements qui, lorsqu’elles font un diagnostic, le font en binôme avec des personnes handicapées, essentiellement issues du monde associatif. Au niveau du CRT, nous nous devons d’entretenir des relations de proximité avec les associations afin de faire connaître notre travail. Sans ces " partenaires" nous ne pourrions pas conduire ce travail dans d’aussi bonnes conditions et le faire connaître auprès du grand public.

H. - Nous n’avons pas pu tout aborder. Il y a un sujet auquel vous êtes sensible et que vous aimeriez développer ?

V. V. - J’aimerais insister sur l’exemplarité du site Handitourismepaca.fr qui est un projet d’équipe, un projet collectif au sein du CRT. Ma direction m’a donnée les moyens de le faire, m’a suivie et m’a fait confiance. C’est un projet autour duquel il y a énormément de générosité, qu’elle soit au niveau des partenaires, des élus, du monde associatif, de mon équipe en interne. Il y a eu concernant le lancement du site, une sensibilité commune et une conscience citoyenne au niveau du CRT, tout le monde a mis la main à la pâte. C’est un thème très fort, porteur de belles valeurs. C’est ce qui donne du sens à mon action quotidienne, toute cette générosité, cette humanité, ce regard sur l’autre, sans tabou. C’est un sujet dont je parle avec beaucoup d’émotion, c’est un sujet qui m’est très très cher, car c’est un projet extraordinaire, qui m’apporte énormément. J’ai rencontré des gens fabuleux. C’est aussi un projet autour duquel il y a une véritable convergence de valeurs au delà de tous les clivages politiques que l’on peut retrouver à travers les départements de notre région. Il y a une vraie dynamique.

H. - Quels sont vos projets, quels sont les projets d’Handitourisme pour l’avenir ?

V. V. - On a "candidaté" le site internet pour les trophées du tourisme, mais on n’a pas encore le résultat, on l’aura d’ici juillet. Depuis quelques années, "voyagessncf.com" a mis en place les trophées du tourisme responsable. Il y a une dizaine de thématiques, dont l’accessibilité et j’espère que nous aurons ce trophée. Ça serait génial pour notre site. D’une part, on aurait une résonance médiatique plus forte, d’autre part, cela nous encouragerait à continuer cette mission citoyenne. Sinon globalement, notre projet est de développer le nombre de visiteurs de notre site internet via les réseaux sociaux, via le compte "youtube" et via les actions dédiées au grand public comme le salon "Handica" qui s’est tenu à Lyon et auquel nous avons participé avec l’ensemble de nos partenaires départementaux. L’essentiel de notre travail, est de pérenniser et développer notre outil, on a un label à garder, il nous a été accordé pour deux ans. La région PACA s’est investie sur ce projet et est allée jusqu’au bout de ce qu’on pouvait donner sur ce sujet. Il y a bien sur d’autres régions qui ont beaucoup plus de moyens financiers, qui ont beaucoup plus d’émulation politique sur des sujets transversaux. Je pense notamment à Rhône-Alpes, ils ont un plan régional d’accessibilité qui est extraordinaire, qui est unique au monde, je n’avais jamais vu ça. Ils ont développé des moyens sur le handicap qui sont hallucinants. Nous, on arrive à notre petite échelle avec les moyens dont on dispose à faire quelque chose d’exemplaire. C’est une réussite pour le CRT et pour l’ensemble du monde du handicap. Voilà .

H. - Je vous remercie.

Propos recueillis par Ugo Chavarro


Vous avez trouvé cet article intéressant ou utile, votez :
1 vote

Le magazine > Société

sites/handimarseille/IMG/gif/perso1.gif

Association Soliane : 150 familles marseillaises échangent, communiquent, se (...)

Odile Benyamin parle de l’association Soliane, qui permet à 150 familles d’échanger et de se rencontrer. Quels problèmes rencontrent les parents d’enfants ou d’adultes handicapés ?

Les amis d'Emilie : "le but de cette association, c'est de soulager les parents d'enfants handicapés "

Les amis d’Emilie : "le but de cette association, c’est de soulager les (...)

Caroline Battilana, dont la nièce est handicapée, a décidé de créer "Les Amis d’Emilie", dont l’objectif est de permettre aux parents d’enfants handicapés de prendre du temps pour eux.

Vie quotidienne, regards croisés et sexualité des handicapés physiques

Chez les personnes handicapés physiques, si la souffrance physique peut être pansée, la souffrance sociale, elle, reste à penser...

Education accessible - jan. 2008

Depuis un an et demi, Hugues Beaujard travaille comme enseignant ressources informatiques et pédagogiques pour la mission d"™Aide à la Scolarisation des élèves Handicapés.

Mobile en ville : entretien avec un responsable associatif

En ville, les obstacles sur le chemin du voyageur sont un problème qui concerne aussi bien les personnes handicapée que les personnes âgées ou n"™importe quel quidam en certaines circonstances.

Entretien avec Rémy Marciano, architecte

L’architecture, ou l’art de construire des édifices. Comment l’architecte appréhende-t-il le handicap et les problèmes d’accessibilité des handicapés ? Rencontre avec l’un d’entre eux.

Entretien avec Marc Petit, urbaniste

L’urbanisme c’est adapter l’habitat aux besoins des hommes. Comment ceux qui pensent la ville et la vie en société conçoivent-ils la place du handicap et des handicapés en milieu urbain ?

sites/handimarseille/IMG/jpg/reussir-la-scolarisation-de.jpg

Réussir la scolarisation des enfants handicapés

S’inscrivant dans le cadre de la Loi handicap, Guy Geoffroy, député et proviseur, tente de répondre aux problèmes de la scolarité et de l’intégration des enfants et adolescents handicapés dans l’Education Nationale (...)

sites/handimarseille/IMG/jpg/l-integration-du-handicap-a.jpg

L"™intégration du handicap à l"™école maternelle

Eve Leleu Galland fait le point dans le domaine de l’intégration du handicap dans les écoles maternelles et le quotidien des classes sur la base des avancées permises par la loi handicap.

Handicap : silence, on discrimine

Handicap : silence, on discrimine

Anne Kerloc’h, dans un livre noir, dénonce les discriminations que subissent les personnes atteintes de handicap moteur dans la vie quotidienne et appelle à l’égalité des personnes.

Commentez cet article
avec facebook
Creative Commons License handimarseille.fr, le portail du handicap à Marseille (https://admin.handimarseille.fr), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par accatone/resurgences
Tourisme Atlas
projet NetLab, politiques publiques, big data et sciences sociales
spacelike, une exploration visuelle du web de l'art contemporain