Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.
Le portail du handicap à Marseille

Le magazine

Le dossier

Le guide

L’annuaire web

L’agenda

D’abord je suis une femme, après je suis une mère et après je suis une personne handicapée

Michèle Juttet, atteinte d’une IMC est tétraplégique congénitale mais se voit comme toutes les autres mères. Depuis toujours elle sait qu’elle aura un enfant et que son handicap n’entravera ni sa volonté, ni sa conviction qu’elle sera une bonne mère. Elle a pleinement accompli sa mission éducative et transmis ses valeurs à son fils aujourd’hui jeune homme épanoui.
Finalement le plus dur aura été de se battre pour faire reconnaître auprès des institutions et de tous son statut de mère à part entière !

3. D'abord je suis une femme, après je suis une mère et après je suis une personne handicapée

Handimarseille : Est-ce que vous pouvez vous présenter ?

Michèle Juttet : Je suis Michèle Juttet, j’ai 58 ans et je suis infirme moteur cérébrale de naissance. Je suis atteinte d’une tétraplégie congénitale.

H : Vous avez un enfant qui est adulte aujourd’hui, comment décrieriez-vous la mère que vous avez été et que vous êtes aujourd’hui, en quelques mots ?

M.J : Je crois que j’ai été une très bonne mère, une mère attentive. J’ai essayé de le faire avec beaucoup de respect.

H : Avez-vous toujours souhaité avoir un enfant ?

M.J : C’est normal d’avoir un enfant quand on est une femme ! J’ai toujours désiré avoir un enfant et cet enfant-là, il a été vraiment désiré par son père et par sa mère.

H : Appréhendiez-vous d’être mère du fait de votre handicap ?

M.J : Non, parce que de toute façon, je me savais capable d’élever un enfant, je n’ai jamais douté de moi, de ma capacité. Je suis une mère comme une autre, après toutes les mamans font des erreurs, j’en ai fait, moi je me sens comme toute maman ordinaire.

H : Comment votre entourage a perçu cette envie de devenir mère malgré votre lourd handicap ?

M.J : Je crois que tout le monde était très étonné et heureusement, moi je n’ai jamais eu peur des réflexions quand on me parlait de mon handicap. Ça a été reçu dans le bonheur.

H : Avez-vous eu des difficultés pour tomber enceinte ?

M.J : Comme toutes les femmes, pas plus pas moins. Quand on utilise la contraception, on a des difficultés à tomber enceinte.

H : Comment se sont passés les mois de grossesse, avez-vous bénéficié d’un suivi particulier ?

M.J : Non. Il ne s’est rien passé d’extraordinaire pendant la grossesse. Tout s’est bien passé à part que je vomissais, j’ai été un peu malade.

H : Quelles ont été les précautions à prendre pour l’accouchement ?

M.J : Ils m’ont fait une césarienne mais sinon j’ai eu un gynécologue fantastique, je crois qu’il était très angoissé, mais à aucun moment, il ne me l’a fait ressentir. C’est après l’accouchement qu’il m’a dit : « on a eu peur ! »

H : Aviez-vous peur que votre fils naisse avec un handicap ?

M.J : Non, on n’a même pas fait d’amniocentèse. J’avais un handicap de naissance qui n’était pas héréditaire et génétique donc il n’y avait aucune raison que mon enfant soit handicapé.

H : Comment ce sont passés les premiers mois, les premières années ?

M.J : C’est un peu particulier parce que le père de mon fils est décédé quand mon fils avait sept mois, donc après son décès, il a fallu que je me batte d’abord pour prouver que j’étais capable de l’élever toute seule et ensuite, il a fallu beaucoup de détermination pour faire reconnaître ma situation de mère, il a fallu que j’obtienne des subventions. Mais je crois que si ça s’était passé aujourd’hui, ça aurait été plus facile car il y a des tas de PCH (prestation de compensation du handicap).

H : Appréhendiez-vous de ne pas répondre à tous les besoins de votre enfant ?

M.J : Comme toutes les mamans, j’ai toujours été très entourée. Si je dois accompagner mon fils partout, moi je n’appréhende pas du tout.

H : Avez-vous bénéficié d’une aide à domicile ou d’aides techniques particulières ?

M.J : J’avais des aides à domicile que je choisissais moi-même très attentivement.

H : Comment gériez-vous l’éducation de votre enfant ?

M.J : Je l’ai éduqué dans le respect des autres, dans le respect de l’éducation qu’on avait décidé avec son père. Ça paraît tellement normal pour moi que je ne sais pas quoi dire. Je n’ai pas eu de problèmes pour éduquer mon fils parce que j’étais à la fois très douce et à la fois avec beaucoup d’autorité. C’était normal, ça s’est passé comme dans toutes les familles monoparentales.

H : Par quels moyens palliez-vous les choses que vous ne pouviez pas faire avec lui ?

M.J : On parlait beaucoup, ça passait beaucoup par la parole et puis j’essayais de dépasser mon handicap pour pouvoir m’amuser avec lui. C’était très ordinaire..

H : Avez-vous senti un changement d’attitude de votre fils lorsqu’il réellement pris conscience de votre handicap ? En parliez-vous avec lui ?

M.J : Il n’y a pas longtemps. Il a pris réellement conscience de mon handicap il y a un an seulement. On en a parlé, il était plus attentif à mon handicap, je crois qu’il était trop jeune pour comprendre. Moi j’ai tout fait pour ne pas qu’il supporte mon handicap.

H : Le regard des autres, de ses camarades, le regard des inconnus sur vous a-t-il influencé le regard qu’il portait sur vous ?

M.J : Non, pas du tout. Je connais ses amis depuis tout petit, j’ai l’habitude d’avoir tous les amis de mon fils à la maison et il n’y a aucun problème. Je crois que pour Léo, c’est naturel, il n’y a pas eu de problèmes.

H : La crise de l’adolescence est souvent une période difficile pour les parents comme pour l’enfant, comment cela s’est passé pour vous ?

M.J : Ça s’est passé comme tout le monde, ça a été très dur. Mais il suffit d’avoir un peu d’autorité, de détermination et de dire : « là je ne suis pas d’accord ». Pour moi, je suis comme une maman ordinaire.

H : Comment décrieriez-vous vos rapports aujourd’hui ?

M.J : Merveilleux. C’est un gars bien et en plus, on est très complice, il y a beaucoup d’amour entre nous, du respect.

H : Quelle est votre plus grande fierté en tant que maman ?

M.J : La gentillesse et le respect naturel de mon fils. Il a beaucoup de respect, il est avenant avec les autres. Je suis fière de lui.

H : Pensez-vous que votre enfant est fier de vous avoir comme maman ?

M.J : Il faut lui demander. Je crois que mon fils est fier.

Léo Juttet : Je suis fier oui. J’ai vécu cette situation normalement. le monde autour de moi a toujours été sympa. Mes collègues, ils viennent, c’est normal, à force, il ne voit même pas le handicap. Après je m’en fous des gens et de ce qu’ils peuvent penser. Moi, je vis ma vie, je sais comment être heureux. Je n’ai jamais manqué de rien, donc oui je suis fier d’elle car elle a fait son devoir de mère parfaitement.

H : Si vous aviez un message à faire passer aux personnes en situation de handicap qui souhaiteraient devenir parents, ce serait lequel ?

M.J : Ça, c’est un autre débat, je crois que quand on est parent, il faut être très clair et faut être prêt à mener un combat continu. Moi, je crois que, sans fausse modestie, j’ai été très forte. Je crois que de toute façon, parmi les gens valides, il y a des gens qui ne veulent pas avoir d’enfants parce qu’ils ne sont pas aptes à les élever.

H : Y-a-t-il un sujet dont vous aimeriez parler et qui n’aurait pas été abordé durant cet entretien ?

M.J : Pour moi, être mère, c’est naturel. Je ne comprends même pas pourquoi on me pose des questions sur ça parce que mon fils, le handicap, il n’a rien à voir là-dedans. Je suis d’abord une femme et après je suis une mère. Je trouve que l’on a le droit de parler du sujet de la parentalité des personnes handicapées mais maintenant, on n’en fait un peu trop. Être parent, c’est naturel, désirer un enfant, c’est naturel aussi bien pour un valide que pour un handicapé. Je crois qu’il y a beaucoup de personnes handicapées qui ont peur d’avoir des enfants, mais moi j’ai la chance d’avoir un parcours de vie qui a fait que mon handicap je le fais passer bien après ma personnalité.

H : Pour quelles raisons pensez-vous que l’on en fait trop sur le sujet de la parentalité des personnes en situation de handicap ?

M.J : Il faut le banaliser. On est des parents comme les autres, on a les mêmes problèmes que les autres, s’ils ne sont pas capables de les assumer, alors il ne faut pas avoir d’enfants. On est des gens ordinaires. Moi, je ne suis pas représentative parce que pour moi, tout est normal. Le handicap vient après. D’abord, je suis une femme, après je suis une mère et après je suis une personne handicapée.

H : Merci.

Propos recueillis par Yoann Mattei


Vous avez trouvé cet article intéressant ou utile, votez :
2 votes

Le magazine > Vie privée

2. A la rencontre de sa sexualité

A la rencontre de sa sexualité

« Dur à vivre de ne pas sentir », quand on perd l’usage et la sensibilité de la moitié de son corps en pleine adolescence, difficile d’envisager sereinement les relations sexuelles. Maxime, jeune trentenaire, raconte le cheminement vers la découverte (...)

4. L'été je ne partage rien avec personne, ça me pèse

L’été je ne partage rien avec personne, ça me pèse

Pour Daniel, l’été est une épreuve supplémentaire. Afin de l’aider à passer cette période difficile son médecin et le service d’infirmiers à domicile de la Croix Rouge Marseillaise ont mis en place une veille sanitaire pour lui permettre de rester en (...)

5. Me prouver que j'étais capable d'être mère

Me prouver que j’étais capable d’être mère

Magali Vaquiéro, atteinte de fibromalgie, est une jeune maman active. Sa pathologie affecte particulièrement les tendons et les muscles. Lorsque le diagnostic tombe, à 22 ans, elle est à l’aube de sa vie de femme. Devenir mère devient une priorité (...)

4. Je suis tétraparésique, j'ai une femme géniale et deux enfants

Je suis tétraparésique, j’ai une femme géniale et deux enfants

Lors d’un accident de la circulation, Yann Moinaux se retrouve tétraparésique... Lors de sa rééducation, il rencontre sa femme avec qui il vit depuis 14 ans. Ensemble ils ont eu deux enfants. Yann parle de la satisfaction qu’il éprouve à mener une (...)

3. D'abord je suis une femme, après je suis une mère et après je suis une personne handicapée

D’abord je suis une femme, après je suis une mère et après je suis une personne (...)

Michèle Juttet, atteinte d’une IMC est tétraplégique congénitale mais se voit comme toutes les autres mères. Depuis toujours elle sait qu’elle aura un enfant et que son handicap n’entravera ni sa volonté, ni sa conviction qu’elle sera une bonne mère. (...)

1. Être parent et en situation de handicap

Être parent et en situation de handicap

La parentalité est un concept qui englobe un certain nombre de tâches et de conduites développées par la mère et le père à l’égard de l’enfant afin de lui assurer le meilleur développement possible : aussi les parents contribuent-ils à cette mission (...)

2. Je suis la preuve qu'une personne handicapée peut avoir des enfants

Je suis la preuve qu’une personne handicapée peut avoir des enfants

Pierre Carrasco n’a pas du tout l’image d’une mère handicapée, mais plutôt celle d’une femme qui vit à 200 %, une bonne vivante qui sait s’entourer de personnes de qualité. Il est fier des combats qu’elle mène et de la force qu’elle a su lui transmettre. (...)

5. Aimer et être aimé quand on est en situation de handicap

Aimer et être aimé quand on est en situation de handicap

Les mentalités n’évoluent pas vite en ce qui concerne le regard porté sur la vie affective des personnes handicapées. Pourtant les jeunes générations semblent avoir une plus grande ouverture d’esprit et accepter davantage les différences... Peut-être (...)

3. Réapprendre à vivre après un accident

Réapprendre à vivre après un accident

Marie-Françoise Chapuis-Ducoffre est médecin rééducateur et chef de service à la clinique Saint-Martin, elle exerce dans le service des pathologies de la moelle épinière. Avec elle, nous allons aborder le cheminement délicat de la reconstruction des (...)

1. Renaître après l'accident

Renaître après l’accident

La difficulté de la condition humaine et la fragilité des êtres au travers des épreuves pouvant leur être imposées sont particulièrement mises en lumière lors des accidents de la vie. L"™homme par nature construit et se construit. Vie affective, (...)

Commentez cet article
avec facebook
Creative Commons License handimarseille.fr, le portail du handicap à Marseille (https://admin.handimarseille.fr), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propuls� par accatone/resurgences
humanités numériques, big data et politiques publiques
Ecole du code et du data, chantier d'insertion numérique