Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.
Le portail du handicap à Marseille

Le dossier

Le magazine

Le guide

L’annuaire web

L’agenda

L’emploi des personnes handicapées progresse

Etonnant paradoxe. Le nombre de sociétés « hors la loi » qui n’embauchent jamais de handicapés diminue mais, avec la crise, le nombre de demandeurs d’emploi handicapés augmente.

L’emploi des personnes handicapées progresse mais sans enrayer la hausse du chômage, selon le dernier rapport de l’Agefiph, le fonds public qui collecte les pénalités des entreprises d’au moins 20 salariés qui embauchent moins de 6% de travailleurs handicapés.

Ainsi, en 2011, 47.520 entreprises ont versé une contribution à l’Agefiph contre un peu plus de 50.000 en 2010. Preuve que le nombre de sociétés « hors la loi » diminue.

« Cette baisse est continue depuis l’entrée en vigueur de la loi de 2005 sur le handicap, se réjouit Pierre Blanc, directeur général de l’Agefiph.
Les stéréotypes sur les personnes handicapées ont évolué. La façon la plus pertinente de continuer à combattre les préjugés est l’embauche d’un salarié handicapé. Ces recrutements ont un effet positif sur le climat social de l’entreprise ».

Avec 67.134 personnes handicapées recrutées avec l’aide de Cap emploi (+8%) et 17.523 maintiens dans l’emploi accompagné, l’Agefiph tire également un bilan positif de son action en 2011.

Mais ces efforts ne suffisent pas à absorber la hausse du nombre de demandeurs d’emplois handicapés. Leur nombre a bondi de 13,9% en 2011 contre 5,3% pour l’ensemble des demandeurs d’emploi.

« Cette augmentation s’explique par la reconnaissance acrue du statut de salarié handicapé, indique Pierre Blanc. En pleine crise, c’est une « valeur refuge » pour les demandeurs d’emploi qui ont des problèmes de santé et qui essayent de faciliter leur embauche. En interne, la reconnaissance des salariés handicapés progresse également ».

« Il faut accentuer les efforts sur la formation des demandeurs d’emplois handicapés qui sont souvent sous-qualifiés et restent plus longtemps au chômage que le reste de la population, estime Pierre Blanc. Le principal handicap n’est pas la déficience mais le manque de qualification ».

Voir en ligne : Le figaro


Vous avez trouvé cet article intéressant ou utile, votez :
Creative Commons License handimarseille.fr, le portail du handicap à Marseille (www.handimarseille.fr), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Mentions légales   |   Bannières et vignettes Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique