Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.
Le portail du handicap à Marseille

Le magazine

Le dossier

Le guide

L’annuaire web

L’agenda

La Chrysalide, ça donne des ailes !

Nelly, employée épanouie en milieu protégé

Entre le service clientèle où elle travaille et Handi’Arts où elle peint, Nelly voit d’autres gens, sort de son isolement et fait de grands pas. Non sans retenue, elle nous présente ici les étapes du chemin de son épanouissement.

Handimarseille : Est-ce que vous pourriez vous présenter ?

Nelly : Je m’appelle Nelly, je travaille aux Santolines depuis environ cinq ans.

H : Comment avez-vous été orientée sur cet ESAT ?

N : En fait j’ai suivi un stage, c’était au boulevard Jean Casse et ils m’ont orientée vers la Chrysalide.

H : Est-ce que c’était votre choix ?

N : C’était mon choix, oui.

H : Combien de personnes étiez-vous, dans votre groupe de formation ?

N : Quand je me suis présentée, j’étais toute seule.

H : Et comment se sont passées les relations avec les formateurs ?

N : Très très bien. Le courant est de suite passé.

H : Qu’avez-vous appris pendant la formation ?

N : J’ai beaucoup appris à m’ouvrir aux autres, c’est un peu difficile à expliquer. Rentrer dans le monde du travail, c’est ça que j’attendais en fait.

H : Qu’est-ce qui vous a le plus intéressé ?

N : Ce qui m’a intéressé en fait, c’est surtout de travailler, là je suis au service clientèle, ce qui m’intéresse c’est de voir d’autres gens et de travailler avec d’autres personnes.

H : Vous avez toujours été à ce poste-là  ?

N : Non, avant je faisais la plonge ou le service cantine.

H : Qu’est-ce qui vous a le plus plu ?

N : Le service clientèle.

H : Avez-vous rencontré des difficultés dans votre apprentissage ?

N : Au début oui, parce que j’étais trop timide et je ne savais pas prendre les commandes, ensuite au fur et à mesure on m’a appris certaines choses et depuis j’ai commencé à être plus en confiance.

H : Avez-vous fait des activités de soutien ?

N : Oui, je fais le soutien arts plastiques en ce moment. J’ai été à Handi’Arts et j’ai peint un tableau qui a été vendu justement et les arts plastiques ça me plaît beaucoup aussi, oui. C’est vraiment une activité que j’ai choisie parce que j’adore dessiner.

H : Vous faites ça, en groupe ?

N : Oui, on est en groupe.

H : Et ça se passe bien avec les autres personnes ?

N : Bien, très très bien, oui.

H : Quels sont les événements qui vous ont le plus marqué durant votre formation ?

N : Le fait d’évoluer, de travailler, c’est cela qui m’a marqué, aussi le fait d’être moins timide qu’avant et surtout ma participation à Handi’Arts pour faire la peinture, voilà !

H : Êtes-vous satisfaite de la formation que vous avez reçue ?

N : Ah oui. Oui bien sûr. Très très satisfaite oui.

H : Étiez-vous opérationnelle dès que vous avez commencé à travailler ?

N : Ah oui, oui. De suite. J’ai eu un peu de mal, mais j’y suis arrivée.

H : Avez-vous appris de nouvelles choses depuis que vous êtes en emploi ?

N : Oui, beaucoup. Avant, je ne savais pas faire certaines choses et j’ai appris à les faire, maintenant je suis plus en confiance qu’avant. C’est d’être entourée qui m’a beaucoup aidé.

H : Pour ce qui est de votre vie personnelle, vous vous sentez mieux maintenant que vous travaillez ?

N : Oui, bien sûr. Le fait d’avoir un travail, je suis moins angoissée. Avant, j’étais tout le temps angoissée et là , le fait d’avoir un travail, d’avoir un but dans la vie c’est ça qui m’a permis dans ma vie personnelle de beaucoup avancer. J’ai fait un grand pas.

H : Le métier que vous exercez correspond-il à vos attentes ?

N : Oui, c’est ce que je voulais faire. Au départ je voulais travailler dans les espaces verts, mais finalement j’ai changé d’avis parce que je préfère le service où il y a plus de contacts.

H : Vous comptez rester faire ça ?

N : Oui, oui. Je ne changerai pas d’avis.

H : Est-ce que vous avez quelque chose à rajouter ?

N : Non, pas du tout. Tout va bien.


Vous avez trouvé cet article intéressant ou utile, votez :

Le magazine > Témoignages

Mademoiselle Courage

Sandrine, 31 ans, est le symbole de la vie et de la gaieté. Attachante et pleine d’humour, elle nous offre avec modestie, sans complexes, ni tabous sa façon d’aborder le handicap.

Entretien avec Josée, chercheuse d’emploi dynamique

Malgré son handicap, Josée affiche une fraîcheur et une joie de vivre communicatives. Confiante en ses capacités, elle espère tirer grand bénéfice de ce forum.

Entretien avec Virginie, qui aimerait faire ce qu’elle aime

Travaillant dans le milieu associatif, Virginie ne désespère pas de trouver un emploi dans son domaine de compétence. Elle jette cependant un regard un tantinet désabusé sur certaines institutions.

Entretien avec Alexandre, chercheur d’emploi plein d’espoir

Longtemps accaparés par les problèmes dà »s à son handicap, Alexandre veut profiter de ce forum pour renouer des contacts avec le monde du travail.

Entretien avec Abderrahmane Abdedaim

Quand le handicap n’est pas visible, la reconnaissance d’une invalidité peut prendre des allures de parcours du combattant. Rencontre avec Abderrahmane, opéré à cœur ouvert.

Vis ma vie

Pascal Lachaux, 38 ans, n’a jamais cessé d’affronter ce sentiment de rejet qu’il éprouve. Selon lui, il n’a pas choisi son sort, et, tôt ou tard, chacun peut, du jour au lendemain, vivre sa situation.

Je vous interdis de m"™interdire

Charly, 42 ans, est atteint de la "maladie des os de verre". Ça ne l"™empêche pas de travailler et d"™avoir d"™autres activités. Il évoque la question de l"™accessibilité.

Regard, sentiment, sexualité : handicapés s"™abstenir ?

Charly poursuit son témoignage sur le regard stigmatisant de la société. Il expliquant quels combats la personne handicapée doit mener pour ne pas être réduite à son unique enveloppe

Handiclub

L’association Handiclub permet à des personnes handicapées de faire des rencontres amicales ou amoureuses.

La blouse blanche d"™Anne-Laure

Anne-Laure, 27 ans, exerce comme kinésithérapeute depuis un an. De l"™univers clos du handicap lourd, elle est passée au monde libéral des douleurs ordinaires. Comparaisons.

Commentez cet article
avec facebook
Creative Commons License handimarseille.fr, le portail du handicap à Marseille (www.handimarseille.fr), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Mentions légales   |   Bannières et vignettes Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique