Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.
Le portail du handicap à Marseille

Le magazine

Le dossier

Le guide

L’annuaire web

L’agenda

Regard, sentiment, sexualité : handicapés s"™abstenir ?

La rencontre du troisième type en explications

Atteint d"™une ostéogenèse, Charly poursuit son témoignage sur le regard stigmatisant de la société des valides. Expliquant quels combats la personne handicapée doit mener pour faire surface, devenir un type de modèle acceptable et ne pas être réduite à son unique enveloppe. Ne plus subir la rencontre, séduire avec sa différence, se faire aimer et toucher comme les autres... tel est son programme.

Première étape : se rendre visible

Encore faut-il pouvoir sortir de chez soi, c"™est-à -dire que les infrastructures culturelles, ludiques ou commerciales soient accessibles. Comme Charly l"™explique : "œLes gens prennent l"™habitude de nous voir et, petit à petit, leur manière de nous regarder change. Ils ne s"™attardent plus à nous dévisager." Cependant, s"™inscrire dans le paysage ne veut pas dire s"™y fondre : "œIl faut être réaliste, le handicap attire le regard, comme toutes les différences physiques." Il faudrait encore faire évoluer ce que Charly nomme poétiquement "œl"™intention du regard" . C"™est la deuxième étape !

Travailler l"™image

De prime abord, le regard peut être biaisé par la compassion, la pitié ou même l"™inquiétude, jusqu"™à la peur. Reste donc un travail à accomplir. Mais Charly insiste : "œCelui-ci n"™incombe pas qu"™aux valides." Les mentalités, les attitudes devraient être remaniées des deux côtés. Exemple : "œLe regard devient positif quand je suis ouvert. Quand je vais vers les gens, sans agressivité, ils viennent alors vers moi, automatiquement." Charly retient tout de même que, particularité oblige, les personnes handicapées sont toujours observées et d"™ajouter aussitôt : "œC"™est un faux problème, on peut vivre avec les singularités de chacun."

Garder le meilleur

Il demeure difficile d"™endiguer toute "œparanoà¯a", et, malgré une appréhension radicalement optimiste, Charly ne peut empêcher certains comportements négatifs. Ces cas... Charly leur tourne le dos. Troisième étape, tout simplement : "œCe n"™est pas un souci, je passe à autre chose. Je me préoccupe essentiellement des gens avec qui j"™ai un bon "feeling". Cependant, pour ceux qui ont des problèmes de communication, qui ne peuvent pas s"™exprimer comme je le fais, c"™est plus difficile. Plus le handicap est lourd, plus le physique est atteint de difformités, moins le regard est évident."

Se faire désirer

Par-delà le souci "œurbain" de communication se pose celui, autrement essentiel, de la sexualité. Etape primaire qui nécessite des négociations d"™un tout autre ordre, quand on doit faire avec un physique différent. Suffit d"™écouter Charly : "œSi le problème affectif est général, pour une personne handicapée, il est multiplié par deux, trois, voire dix. Le coup de foudre ne survenant pas automatiquement, il faut être patient, communiquer. Moi, j"™ai eu la chance de rencontrer des femmes qui ont bien voulu avoir une liaison avec moi, mais ça n"™a jamais duré. A cause du handicap, bien sà »r, même si elles disent le contraire pour ne pas me faire de peine." Nouvelle étape : lutter contre une image qui assimile le handicapé, selon Charly, à une personne avec peu de ressources, isolée, un peu aigrie et pas assez attractive pour avoir une vie affective.

Combattre les clichés

Des échanges d"™autant plus difficiles à approfondir que le handicap est souvent assimilé à l"™asexualité : "œIl semble tellement inconcevable que nous puissions avoir des relations sexuelles. On veut bien nous aimer platoniquement, mais physiquement c"™est une autre histoire. C"™est une réelle frustration. Les gens rétorquent : « Oui, mais Charly, ce genre de situation arrive aussi aux valides. » Je ne dis pas le contraire, seulement, eux, ils ont fait ce choix. Autrement, ils peuvent pallier ce manque de façon solitaire, mécanique ou en allant voir des prostituées, lesquelles, d"™ailleurs, ne nous acceptent pas toujours."

Attaquer les tabous

"œEn France, depuis ces histoires d"™inceste, de pédophilie, nous vivons dans une espèce de parano. Comme s"™il y avait une soupape, une chape de plomb qui bloquait. À l"™heure actuelle, à part le système D et la confiance, je ne vois pas comment une personne handicapée "en manque" peut résoudre son problème. Même les psychologues ou les psychiatres, qui se veulent rassurants, sont désarmés : ils peuvent bien nous expliquer qu"™il faut trouver une compensation, une occupation. Mais la souffrance est toujours là et personne ne s"™en soucie."

Féminiser la lutte

Pour les femmes, il semblerait que ce soit encore plus compliqué : "œElles souffrent davantage. Il y a un tabou énorme. On préfère les laisser isolées dans leur souffrance, sans moyen, en considérant que ce n"™est pas une priorité. On peut vivre sans sexualité mais on ne se rend pas compte de ce que cela implique." Par ailleurs, des distinctions s"™opèrent entre les personnes handicapées elles-mêmes : "œSi la personne est née avec une déficience, elle a d"™entrée de jeu une histoire, un parcours particuliers. Elle peut avoir vécu dans une institution et ne pas être habituée aux relations avec les valides. En revanche, celle handicapée à la suite d"™un accident ou d"™une maladie aura déjà eu l"™expérience de la sexualité et ne sera pas forcément perçue de la même manière. C"™est surtout un problème d"™échange."

Sexualiser ses désirs

Charly refuse d"™être contraint à abandonner son plaisir : "œJe n"™ai pas encore eu à faire appel à des prostituées pour m"™aider, mais je n"™exclus rien. Je ne sais pas comment les choses évolueront. J"™ai quarante-deux ans et, comme je dis : je suis handicapé de tout, sauf de ma sexualité. Donc, j"™interdirai à qui que ce soit de m"™interdire de me faire du bien quand j"™en ai besoin, quitte à passer par des voies qui ne sont pas socialement correctes. J"™utilise tous les moyens à ma disposition. Je conseille à toutes les personnes handicapées de faire pareil. Ça demande du courage, de la volonté et de ne pas se faire de films. Il ne faut pas tout mélanger. Une histoire d"™amour peut être liée à la sexualité, mais la sexualité existe aussi sans histoire d"™amour."

Payer pour toucher

Pour accéder et subvenir à ses besoins, la personne handicapée doit être entourée d"™une ou plusieurs personnes de confiance, qui acceptent de faire la démarche auprès des prostitués des deux sexes, prêts à offrir leurs services tant aux femmes qu"™aux hommes : "œOn se retrouve alors dans des situations étranges, avec des mecs, par exemple, qui acceptent de nous aider, mais à condition de payer plus cher. Car un handicap, c"™est une option ! Sachant que beaucoup d"™entre nous ont déjà un pouvoir d"™achat restreint... Et puis, de plus en plus, en France, la prostitution est sévèrement punie. C"™est très compliqué de demander ce genre de prestations. Les personnes valides, aussi, ont peur de rendre ce service, parce qu"™elles craignent qu"™on les juge ; ou pire, si ça se passe mal, que la personne handicapée se retourne contre elle juridiquement. Pour abus de confiance, par exemple."

Faire du bruit

Des associations se réveillent : elles proposent des services d"™aide à domicile, des auxiliaires de vie qui répondent aux demandes : Peux-tu m"™aider ? Peut-on faire quelque chose pour moi ? Charly ne sait pas pourquoi : "œAlors qu"™on a, là , le moyen de faire du bien, on s"™en prive à cause d"™une espèce de culture judéo-chrétienne omniprésente. C"™est pire pour les populations musulmanes et juives. On est tellement conditionné par une culture, à la fois laà¯que et très religieuse que la sexualité est un tabou, de toutes façons !"

Conclure en prince

Pour illustrer l"™avenir, Charly se réfère à l"™histoire du petit prince : "œIl faut s"™apprivoiser. Quand nous arrivons à nous accepter les uns les autres, les barrières tombent. Je pense que les générations futures porteront un regard différent sur les personnes handicapées, mais il faut du temps. Ça passe par une meilleure intégration des enfants dans les écoles. Le regard évoluera si les gens sont éduqués très tôt, très jeunes. Il n"™est pas possible de demander, du jour au lendemain, à une personne de cinquante ans d"™avoir un regard positif sur le handicap. L"™évolution passera par l"™enfance. Là aussi, il y a de gros freins : à l"™école, l"™insertion, l"™intégration des personnes handicapées sont très en retard. Je trouve ça inquiétant..."

Propos recueillis par Salima Tallas, mars 2005 ; Rédaction : Salima Tallas ; Rewriting : Patricia Rouillard


Vous avez trouvé cet article intéressant ou utile, votez :

Le magazine > Témoignages

Prendre soin du corps c'est prendre soin de la personne

Prendre soin du corps c’est prendre soin de la personne

Marie est infirmière à Marseille en chirurgie orthopédique. Elle accompagne les patients avant et après leurs interventions chirurgicales qui, après un grave accident, peuvent les laisser handicapés.Son travail quotidien est basé sur le rapport au (...)

Occulter son corps, une question de survie

Occulter son corps, une question de survie

« C’est compliqué pour moi parce que je n’ai pas l’habitude de parler de mon corps. Je m’en fous de parler de mon corps. On m’a appris à m’en foutre et c’est ce que je fais. J’ai toujours entendu que je n’étais pas belle à regarder, que j’étais une (...)

Réfléxion en mouvement sur le corps handicapé

Réfléxion en mouvement sur le corps handicapé

Irène est éducatrice spécialisée dans un institut, elle s’occupe de jeunes enfants atteints d’infirmité motrice cérébrale.Le rapport au corps dans son travail fait partie de son quotidien. Il se retrouve tant dans la pratique que dans les questionnements (...)

A la recherche du temps perdu

A la recherche du temps perdu

"Plonger dans sa mémoire et ses souvenirs vous donne le sentiment d’être en vie", nous dit René Daumas. Cet homme âgé de 90 ans vit seul depuis le décès de son épouse il y a 6 ans. Été comme hiver, immergé dans ses lectures, ses souvenirs ou des films de (...)

Quand les vacances ne sont plus qu'un souvenir

Quand les vacances ne sont plus qu’un souvenir

Aide à domicile depuis 7 ans, Joëlle ne prend pas de vacances cet été, en effet le travail ne manque pas ! Elle nous brosse un tableau plutôt sombre des vacances à domicile que passent les personnes âgée et/ou en situation de handicap chez qui elle (...)

Vacances ou lutte contre l'ennui ?

Vacances ou lutte contre l’ennui ?

Pas facile de lutter contre l’ennui quand on ne part pas en vacances. Thomas essaie au maximum de sortir voir ses amis et de faire des activités de loisirs, mais les occasions sont rares notamment à cause de la distance. Pourtant, échanger, (...)

Une vie de couple bouleversée par un accident

Une vie de couple bouleversée par un accident

"Il s’est mis dans la peau de la victime et ça a été très dur à gérer. Il s’est senti un peu mis à l’écart d’une vie sociale et professionnelle. Et ça a été difficile pour nous parce qu’il passait par des moments d’abattement, de révolte qui retombaient sur (...)

Laissez nous nous aimer !

Laissez nous nous aimer !

Handicap ou pas, Isabelle et David se sont plu tout de suite. "Il aurait marché cela ne m’aurait pas dérangé" lance t-elle avec humour. En neuf ans de relation, ils ont appris à s’aimer de plus en plus, de mieux en mieux, à être à l’écoute l’un de (...)

On ne voit bien qu'avec le coeur...

On ne voit bien qu’avec le coeur...

"On ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux." Patrick et Marguerite sont d’emblée touchés l’un par l’autre, pas besoin d’en passer par un jeu de séduction. Si leur situation de handicap commune a favorisé leur rencontre et (...)

Vivre ensemble, rien de plus

Vivre ensemble, rien de plus

En couple depuis sept ans, Céline et Yonathan souhaitent à tout le monde le bonheur de s’aimer comme ils s’aiment. L’un à Nancy, l’autre à Marseille, la relation à distance finit par leur peser, bien plus que leur handicap qui paraît lourd à leur (...)

Commentez cet article
avec facebook
Creative Commons License handimarseille.fr, le portail du handicap à Marseille (www.handimarseille.fr), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Mentions légales   |   Bannières et vignettes Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique