Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.
Le portail du handicap à Marseille

Le magazine

Le dossier

Le guide

L’annuaire web

L’agenda

Entretien avec Josée, chercheuse d’emploi dynamique

Malgré son handicap, Josée affiche une fraîcheur et une joie de vivre communicatives. Confiante en ses capacités, elle espère tirer grand bénéfice de ce forum.

Q - Bonjour, qu’attendez-vous de ce forum ?

R "Alors, ce forum pour moi est assez important, puisque l’année dernière, je suis venue et j’ai pu prendre connaissance des différents employeurs qui étaient sur la plate-forme. J’ai déposé des C.V. Je leur ai dit que j’étais en reconversion professionnelle avec l’A.F.P.A, avec laquelle j’ai pu obtenir un premier C.C.P pour être conseillère au service client à distance. Et aussi pour chercher un stage afin de valider ma formation. Donc, c’est une première approche auprès des gens qui recrutent. C’est un tremplin, quoi. Je trouve que c’est une bonne chose parce que les handicapés, en général, on les voit souvent sous l’aspect du handicap mental, alors que le handicap, ça peut être de toute sorte. Moi, je suis contente. Ça fait pas longtemps, depuis 2002, que je suis reconnue et je vois encore qu’on n’est pas très bien perçu parfois. C’est dommage parce qu’on a aussi autant de talent que n’importe qui d’autre et bon voilà "¦ Moi, je ne sais pas, je n’ai pas de complexe de ce côté là , je me sens tout à fait apte et... visible pour travailler. Je me cache pas (rires).

Q - Quelles sont les difficultés principales que vous rencontrez dans votre recherche d’emploi, en général ?

R "Oui, alors, les difficultés principales, c’est que j’ai un parcours professionnel assez décousu. J’ai donc démarré à l’âge de vingt ans grâce aux agences temporaires qui m’ont bien fait travailler... De petites périodes où j’ai pu obtenir deux-trois C.D.I grâce aux agences de travail temporaire. Je trouve que l’A.N.P.E a bien évolué cette année parce qu’ils ont des comptes à rendre aujourd’hui. Mais avant, je trouve qu’ils m’ont fait perdre beaucoup de temps parce que l’A.F.P.A, je connaissais pas. L’A.F.P.A, je suis passée par une psychologue du travail qui m’a fait passer des tests, qui a pris en considération un petit peu ce que je suis. Auparavant, pour moi, j’allais à l’A.N.P.E chercher des offres mais ça ne correspondait pas toujours à ce que je recherchais réellement et j’étais assez déçue. Et aujourd’hui, j’ai quarante six ans, bon, je suis toujours motivée pour trouver quelque chose où je suis bien... Je peux me rendre utile. Mais, j’ai plus d’espoir aujourd’hui qu’hier (rires).

Q - Au quotidien, quelles sont vos actions pour trouver un emploi ?

R - Alors, déjà , je cherche sur internet. Maintenant, on a de la chance, sur internet, les employeurs ont leurs propres sites. Déjà , bon, en passant directement sur le site de l’employeur, on a une chance supplémentaire. Ensuite, je viens ici . C’est ma deuxième fois et je trouve que c’est une autre opportunité. Avec l’A.F.P.A, je trouve qu’il y a une bonne équipe aussi. Il y a des gens assez motivés, assez intéressants qui sont bien formés. Pour les adultes, je trouve que c’est ce qu’il faut. Davantage que le G.R.E.T.A qui est plus scolaire. Voilà , je postule, je retourne à l’A.N.P.E parce que bon, l’A.N.P.E d’avant ne représente l’A.N.P.E d’aujourd’hui, même si l’enseigne est la même. Je trouve qu’il y a une dynamique qui est meilleure. Alors...

Propos recueillis le 18 novembre 2008 par D. Marciano et F. Joubert.


Vous avez trouvé cet article intéressant ou utile, votez :

Le magazine > Témoignages

La jeunesse retrouvée

Carine, 28 ans, professeur d’anglais dans un lycée professionnel, trouve assez de force pour gommer le handicap de son mental et pour s’organiser une vie semblable aux gens de sa génération.

L’art de tirer le meilleur du pire

Jacques, 49 ans, se déplace en fauteuil roulant depuis 1988. Cependant, il s’efforce d’affronter le quotidien par une attitude positive. Il a gardé intactes des notions de liberté, de combativité et (...)

Un lien avec le monde

Même si le destin ne l’a pas épargnée, rien n’empêche Anessa Beloukil, 23 ans, de vivre son quotidien. Elle revendique le droit de vivre comme les autres, sans ressentir de sentiment d’exclusion.

Femme, mère et handicapée

Valérie, à vingt-neuf ans, vit une histoire d’amour et ne s’arrête pas sur son handicap. Marie, elle, s’interroge sur l’image de la femme handicapée.

Dix-neuf ans...

Suite à un accident de moto, Patrice, 28 ans, reste paralysé. Depuis deux ans, il intervient en milieu scolaire, afin de sensibiliser les jeunes aux dangers de la route.

Les séquelles d’un accident de circulation

Bruno est originaire de la ville rose, Toulouse, où il assiste régulièrement à des manifestations aux côtés de l’APF.

Juste un peu plus victimes des apparences

François est un homme de trente-quatre ans, plein de tendresse qu’il ne demande qu’à partager. Selon lui, les mentalités ne changent guère, mais ça ne l’empêche pour autant de continuer à y croire...

Je n’ai besoin de personne

Patricia, 47 ans, adepte de la méditation, de la macrobiotique et de l’alimentation crue nous parle de sa maladie avec beaucoup de calme et de sérénité.

Une femme exceptionnelle

Maman de trois enfants, Noura croque la vie à pleines dents malgré son handicap. Pour elle, baisser les bras, ce n’est pas dans son histoire.

Le combat d’une mère

Tiraillée entre la violence de son mari et le handicap de son fils, à l’heure où d’autres s’émerveillent devant les exploits de leurs enfants, Farida pleure de joie quand son fils lui dit : "À boire (...)

Commentez cet article
avec facebook
Creative Commons License handimarseille.fr, le portail du handicap à Marseille (www.handimarseille.fr), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Mentions légales   |   Bannières et vignettes Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique