Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.
Le portail du handicap à Marseille

Le magazine

Le dossier

Le guide

L’annuaire web

L’agenda

Je vous interdis de m"™interdire

"C"™est une illusion d"™optique..."

Charles, dit Charly, est atteint d"™une ostéogénèse imparfaite. Cette pathologie, aussi appelée "maladie des os de verre", ne l"™empêche pas de poursuivre, à quarante-deux ans, une vie normale, de travailler comme animateur dans l"™association de transport "Boulegan" et d"™avoir d"™autres activités. Il évoque la question de l"™accessibilité.

Au niveau de l"™accessibilité, il y a eu des progrès. L"™ennui, c"™est que chez nous, en France, il y a des lois depuis 1975 qui devaient normalement remédier à ces problèmes mais on s"™aperçoit, malgré l"™évolution, qu"™ils existent encore en trop grand nombre. La loi n"™est pas suffisamment observée et les moyens de pression pour la faire respecter dans le domaine du handicap sont, à mon avis, un peu trop laxistes.

Je prends l"™exemple d"™une ville comme Aubagne, dans laquelle je vis depuis 1981. Dans la mesure où autour de cette ville il existe des structures spécialisées, un Centre d"™Aide par le Travail (CAT), une maison de retraite de l"™Association des Paralysés de France (APF), un centre de rééducation, petit à petit, une tradition s"™est installée de la part de la municipalité pour régler le problème de l"™accessibilité. Ce qui fait que la ville s"™est donné des moyens. Mais je m"™aperçois, avec l"™expérience, que ça vient aussi du fait que nous nous sommes mobilisés. On s"™est impliqué avec les élus depuis une dizaine d"™années, voire un peu plus, et on a mis l"™accélérateur sur cet obstacle. Nous travaillons, d"™ailleurs, en étroite collaboration avec eux pour essayer d"™y remédier. Ce qui fait qu"™on a un centre-ville très praticable. Il suffit de venir ici pour s"™en rendre compte. Le point faible, on va dire, ce sont les anciens bâtiments, "le vieil Aubagne", comme on dit, les vieilles maisons, qui n"™ont pas obligation d"™être accessibles. Quand elles sont rénovées, comme ce sont des endroits privés très souvent, les propriétaires ne s"™en soucient pas. Pour les lieux publics, on ne peut pas dire que ça soit totalement réglé, mais quand même, les choses avancent dans le bon sens.

Je crois que pour que cet élan continue il faut que nous nous investissions directement dans le mouvement. Si nous laissons faire uniquement les pouvoirs publics, l"™état et les associations, les choses se feront mal. C"™est pour ça qu"™on a souvent des difficultés, ainsi que des disparités entre les grandes villes et les petits villages. Les villages ont du mal à être accessibles parce qu"™il y a très peu de handicapés qui y vivent. De ce fait, ce n"™est pas, pour eux, une priorité.

En ce qui concerne le transport, moi qui travaille dans l"™association "Boulegan", qui s"™en occupe depuis treize ans, on constate que les transports traditionnels sont les bus, les trains, voire dans certaines villes, le tramway. Sur Aubagne, on n"™a pas de tramway. Même si les bus étaient accessibles, ça ne serait pas la panacée, ça ne réglerait pas tous les conflits puisqu"™on est limité en nombre de places et en couverture géographique. Il y aura toujours un inconvénient, parce que même si les personnes peuvent monter dans le bus, il n"™est pas dit qu"™elles puissent aller, sans aide, de leur domicile au bus. Boulegan, comme d"™autres associations qui existent en France - je pense au GIHP à Marseille - va les chercher directement chez elles pour les emmener à un lieu de leur choix. En fait, c"™est l"™accompagnement qui, à mon avis, résoudra le problème du transport. Ce qu"™il faut faire, c"™est un transport spécifique, mais il ne faut pas que les pouvoirs publics se mettent dans la tête que d"™avoir des lignes de bus accessibles va résoudre les choses. Je dirais que c"™est l"™arbre qui cache la forêt. C"™est une illusion d"™optique ! Ça rendra service aux mamans avec leurs poussettes, à une bonne partie de la population des personnes âgées, celles qui sont en fauteuil, mais vraiment au coup par coup et de façon très isolée.

L"™accessibilité est un problème de moyens, de finances et de respect des lois qui existent. Dernièrement, il y en a une qui a été proposée. On remarque que le Sénat n"™arrive pas à se positionner sur le moment où les choses pourront être arrangées. Je pense que c"™est un moyen de les étouffer, de faire gagner du temps et on sait très bien que nous n"™arriverons jamais à nous mobiliser de la même manière qu"™un syndicat. Quand une grande usine ferme, on a 2000 personnes dans la rue et les pouvoirs publics ont peur. Nous ne pouvons pas nous réunir de la même manière pour faire pression, ce qui fait qu"™on nous mène en bateau. On nous fait des promesses, on gagne du temps et je crois que si un jour les choses doivent s"™améliorer, il faudra faire preuve d"™énormément de patience. Ça se jouera sur plusieurs générations, malheureusement. À moins qu"™il y ait un réveil, réel, de notre part, comme celui des gens qui travaillent avec nous pour intimider et pourquoi pas, faire des procès. Quand on réalise qu"™un lieu tout neuf vient d"™ouvrir et qu"™on ne peut pas y entrer, il faut attaquer ! Et on verra ce que ça donne. Le problème, c"™est qu"™on est trop passif, trop gentil, on a tendance à se laisser endormir par des paroles, donc ça n"™avance pas.

Propos recueillis par Salima Tallas, mars 2005


Vous avez trouvé cet article intéressant ou utile, votez :

Le magazine > Témoignages

"La vie m’a beaucoup pris, mais elle m’a également beaucoup donné".

Madeleine, 93 ans, est en famille d’accueil depuis plusieurs mois. Portrait d’une personne âgée dépendante qui ne souffre pas de l’isolement familial.

Noémie, 15 ans, Infirme Moteur Cérébrale.

Rencontre avec une adolescente hors pair... Hospitalisée dès sa naissance pour être réanimée suite à un manque d’oxygène. Le diagnostic médical ne sera établi par les neurologues qu’en 1996, soit 2 ans après sa naissance. "On savait qu’il y avait un (...)

Entretien avec Martine Vernhes, malvoyante.

Martine Vernhes est Présidente de l"™association des Chiens Guides Aveugles de Provence Côte d"™Azur, antenne des Bouches-du-Rhône. Malvoyante de naissance, elle témoigne ici de son parcours, de l"™école en milieu ordinaire dans les années 50 à son (...)

En une minute, tout peut basculer...

David Hernandez, président de l’association l’Art Plus Fort que le Handicap, nous fait partager son vécu en tant que personne handicapée moteur suite à une rixe.

Cathy, 41 ans, hémiplégique.

Cathy est hémiplégique depuis l’âge de 11 ans, consécutivement à une tumeur au cerveau diagnostiquée en 1979. Entretien avec Cathy et Mme Giuli, sa mère.

Le projet de vie : au coeur de la demande MDPH

Inter Parcours aide à l’élaboration du "projet de vie", rubrique essentielle de la demande MDPH.

Trajet singulier

Trajet singulier

Le "œtrajet singulier" de Rémi Beauverger qui a connu tous les types de scolarité : de la mixité au milieu spécialisé, de l’hôpital à la scolarisation à domicile par correspondance.

Du centre spécialisé à l'ENA

Du centre spécialisé à l’ENA

Jean-Philippe Mengual est non-voyant. Malgré ce handicap, il a fait sa prépa à Normal Sup’ et est diplômé en Sciences Politiques. Prochaine étape : l’ENA.

Une époque sans alternative

Une époque sans alternative

Jean Lombard, 55 ans, secrétaire à l’APF, témoigne de sa scolarité, à une époque, pas si lointaine, où les structures ordinaires étaient loin d’accueillir les personnes invalides.

Dany passe ou casse

Dany passe ou casse

Entretien avec Christine Jourdain et son fils Dany, qui souffre de la maladie des "os de verre". Malgré son état et sa fragilité, ils ont refusé la scolarisation en institut spécialisé.

Commentez cet article
avec facebook
Creative Commons License handimarseille.fr, le portail du handicap à Marseille (www.handimarseille.fr), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Mentions légales   |   Bannières et vignettes Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique