Le portail du handicap à Marseille

Le magazine

Le dossier

Le guide

L’annuaire web

L’agenda

Une nouvelle école pour un nouveau départ.

Pour Éva, l’arrivée dans sa nouvelle structure ne pose pas de problème. Elle va retrouver quelques anciens camarades à elle, qui étaient à l’école de la Grotte-Rolland et va même pouvoir suivre les cours pendant le début de l’année scolaire avec son ancien professeur. C’est donc en toute confiance qu’elle aborde sa future rentrée scolaire.

Une nouvelle école pour un nouveau départ.

Handimarseille : Est-ce que tu peux te présenter s’il te plaît ?

Éva Poggioli : Je m’appelle Éva Poggioli Esther.

H : Tu as quel âge ?

E.P : J’ai 17 ans.

H : Quel est ton handicap ?

E.P : J’ai un cytomégalovirus depuis ma naissance et j’ai un retard et une hypotonie faciale.

H : À quel endroit vas-tu faire ta rentrée cette année ?

E.P : Je vais rentrer à l’annexe Menpenti.

H : Est-ce que tu sais quelles démarches ont été faites par tes parents pour ta rentrée ?

E.P : Oui. Ma mère a fait des demandes pour tout, à Menpenti pour la kinésithérapie et l’orthophonie, et elle a aussi demandé à une entreprise de me livrer des repas là-bas.

H : Est-ce qu’avant de savoir que tu allais à Menpenti, tu avais déjà visité l’école

E.P : Oui. Je l’avais visitée avec une amie.

H : Qu’est-ce que tu en savais de l’école Menpenti avant d’y aller ?

E.P : Avant, je ne savais rien de cette école, mais quand je l’ai visitée, j’ai pu en savoir un petit peu plus.

H : Qu’est-ce qui va être différent par rapport à tes anciennes écoles ?

E.P : Pas beaucoup de choses. Je vais avoir des cours avec mon ancien professeur, qui va y travailler là-bas pendant 6 mois, et un autre cours avec le professeur de Menpenti.

H : Est-ce que tu vas avoir une AVS (auxiliaire de vie scolaire) ?

E.P : Non, je ne pense pas. Je sais que ma mère a fait une demande mais je sais pas si ça a été accepté.

H : Comment s’est passée ta scolarité jusqu’à maintenant ?

E.P : Ça s’est bien passé.

H : Quelle est ta matière préférée ?

E.P : J’aime bien l’histoire et la géographie.

H : Qu’est-ce qui te plaît dans l’histoire et la géographie ?

E.P : Dans l’histoire, c’est d’avoir connu un peu les deux guerres mondiales, ce qui s’est passé avant le début de l’ère de la technologie, tout ça. Et la géographie, j’aime bien parce qu’on fait des découvertes de certains pays, le nombre d’habitants. J’aime aussi les mathématiques, parce qu’avant j’étais en colère contre ça, maintenant ce n’est plus un problème...

H : Comment vas-tu aller à Menpenti ?

E.P : Ma mère a reçu un appel du Conseil Général pendant les vacances à propos de mon transport et donc là, je ne sais pas qui sera le chauffeur, qui va m’y amener. Je le saurais à l’heure du matin de la rentrée. Le Conseil Général nous fait le suspense.

H : Qu’est-ce que tu attends de ta rentrée scolaire ?

E.P : J’espère que ça va bien se passer.

H : Le fait que ce soit dans une nouvelle école, ça te fait peur ?

E.P : Ça dépend, un petit peu oui, parce qu’on cherche ses repères.

H : Si tu avais un message à faire passer aux lecteurs d’Handimarseille, ce serait lequel ?

E.P : Il faut que certains professeurs soient à la fois patients et devraient être attentifs dans le travail de l’élève et comprendre ce qui ne va pas.

H : Merci Éva.

E.P : Merci.

Propos recueillis par Yoann Mattei


Vous avez trouvé cet article intéressant ou utile, votez :

Le magazine > Témoignages

La jeunesse retrouvée

Carine, 28 ans, professeur d’anglais dans un lycée professionnel, trouve assez de force pour gommer le handicap de son mental et pour s’organiser une vie semblable aux gens de sa génération.

L’art de tirer le meilleur du pire

Jacques, 49 ans, se déplace en fauteuil roulant depuis 1988. Cependant, il s’efforce d’affronter le quotidien par une attitude positive. Il a gardé intactes des notions de liberté, de combativité et (...)

Un lien avec le monde

Même si le destin ne l’a pas épargnée, rien n’empêche Anessa Beloukil, 23 ans, de vivre son quotidien. Elle revendique le droit de vivre comme les autres, sans ressentir de sentiment d’exclusion.

Femme, mère et handicapée

Valérie, à vingt-neuf ans, vit une histoire d’amour et ne s’arrête pas sur son handicap. Marie, elle, s’interroge sur l’image de la femme handicapée.

Dix-neuf ans...

Suite à un accident de moto, Patrice, 28 ans, reste paralysé. Depuis deux ans, il intervient en milieu scolaire, afin de sensibiliser les jeunes aux dangers de la route.

Les séquelles d’un accident de circulation

Bruno est originaire de la ville rose, Toulouse, où il assiste régulièrement à des manifestations aux côtés de l’APF.

Juste un peu plus victimes des apparences

François est un homme de trente-quatre ans, plein de tendresse qu’il ne demande qu’à partager. Selon lui, les mentalités ne changent guère, mais ça ne l’empêche pour autant de continuer à y croire...

Je n’ai besoin de personne

Patricia, 47 ans, adepte de la méditation, de la macrobiotique et de l’alimentation crue nous parle de sa maladie avec beaucoup de calme et de sérénité.

Une femme exceptionnelle

Maman de trois enfants, Noura croque la vie à pleines dents malgré son handicap. Pour elle, baisser les bras, ce n’est pas dans son histoire.

Le combat d’une mère

Tiraillée entre la violence de son mari et le handicap de son fils, à l’heure où d’autres s’émerveillent devant les exploits de leurs enfants, Farida pleure de joie quand son fils lui dit : "À boire (...)

Commentez cet article
avec facebook
Creative Commons License handimarseille.fr, le portail du handicap à Marseille (www.handimarseille.fr), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Mentions légales   |   Bannières et vignettes Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique